Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Accueillir 500 000 réfugiés par an pour 30 milliards d’euros ? Un plan de George Soros

Accueillir 500 000 réfugiés par an pour 30 milliards d’euros ? Un plan de George Soros

soros

Le milliardaire américain George Soros a trouvé une solution à la crise migratoire de l’UE : accueillir un demi-million de réfugiés chaque année pour un montant de 30 milliards d’euros, lui aussi annuel. Qui doit sortir le chéquier? Les Européens ?

Le milliardaire américain d’origine hongroise a déterminé que l’Europe serait en mesure d’accueillir entre 300 000 et 500 000 immigrés par an. «Ce chiffre est assez grand pour donner aux réfugiés l’assurance qu’un bon nombre d’entre eux peuvent finalement trouver refuge en Europe, mais suffisamment petit pour qu’ils puissent être accueillis par des gouvernements européens dans le climat politique défavorable actuel», écrit George Soros sur le site The New York Review of books. Le financier ne va pas jusqu’à préciser pendant combien de temps les portes du Vieux Continent doivent rester ouvertes aux réfugiés ni quels réfugiés accueillir.

A l’heure actuelle, le nombre des réfugiés qui essaient d’entrer en Europe dépasse de plusieurs fois celui qu’indique George Soros et son article n’explique pas non plus comment endiguer le flux de ces millions de migrants.

Le milliardaire américain, qui occupe le 23e place dans le classement établi par Forbes des gens les plus riches du monde, a aussi calculé les montants nécessaires à l’accueil d’un demi-million de réfugiés par an en Europe. «Au moins 30 milliards d’euros», précise-t-il. Dépenser une telle somme pour les réfugiés est juste irréalisable pour l’Union européenne. Il faut se rappeler qu’il a fallu négocier pendant de longs mois l’accord en vertu duquel l’Europe verse trois milliards d’euros à la Turquie pour qu’Ankara prenne en charge l’accueil de tous les migrants qui traversent la mer Egée illégalement. Alors, une question se pose : combien de temps sera-t-il nécessaire pour négocier ce montant de 30 milliards avancé par George Soros ?

Où trouver cet argent ? Pour le milliardaire américain, ce n’est pas un grand problème. «Il ne fait aucun doute que l’Europe a la capacité financière et économique de recueillir 30 milliards [d’euros] par an. Ce montant est inférieur à un quart de point du PIB combiné annuel de l’UE qui s’élève à 14,9 trillions d’euros et moins de 0,5% du total des dépenses des 28 pays-membres», estime celui qui dispose d’une formation de philosophe. Il propose donc deux variantes. La première, c’est de prendre ces 30 milliards dans la poche des contribuables européens. «Les états-membres pourraient accroître leurs recettes fiscales pour financer ce qui est nécessaire», écrit l’Américain pour qui cette hausse d’impôts ne poserait pas de problèmes. A cet effet, il suggère un prélèvement sur la TVA dans toute l’UE, un impôt spécial sur le carburant ou un nouvel impôt sur le voyage en Europe et les demandes de visa qui «déplaceront le fardeau sur les non-citoyens de l’UE qui veulent voyager dans l’UE».

La seconde, selon George Soros, serait d’emprunter cet argent. Il mentionne deux sources susceptibles de fournir ces liquidités : le mécanisme européen de stabilité financière (MESF) et le mécanisme de soutien des balances des paiements. Ces deux organismes disposent de capacités de prêts qui sont largement sous-exploitées aux yeux de l’homme qui a fait «sauter» la Banque d’Angleterre dans les années 1990. Au total, ces deux institutions disposent de 60 milliards d’euros qui peuvent être alloués à l’accueil des réfugiés, estime George Soros.

Dans cet article, le requin de la finance semble avoir changé d’avis car ses propositions tranchent fortement avec les propos qu’il avait tenus jusqu’à présent, accusant la Russie et Vladimir Poutine d’être les causes de la crise migratoire. Ainsi, il avait écrit dans l’édition du 11 février du journal britannique The Guardian que l’objectif de Vladimir Poutine était la désintégration de l’UE et que le meilleur moyen de le faire était d’inonder l’Europe de réfugiés syriens. Dans son nouvel article, il ne mentionne pas la Syrie et assure qu’il faut accueillir les migrants sinon «l’Union européenne est en danger de mort», assène-t-il en guise de conclusion.

Russia Today


Publicité

Commentaires (1)

 

  1. Lani dit :

    Encore un taré

Laissez un commentaire

*