Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Assad: le préjudice causé par la guerre dépasse 200 milliards de dollars

Assad: le préjudice causé par la guerre dépasse 200 milliards de dollars

assad-prejudice

La migration a été provoquée par le terrorisme et l’insécurité. Elle est également liée au blocus, aux sanctions occidentales imposées contre la Syrie, selon le chef de l’Etat syrien.

La guerre civile qui dure en Syrie depuis 2011 a causé au pays un préjudice de plus de 200 milliards de dollars (plus de 175 milliards d’euros), a annoncé le président syrien Bachar le-Assad dans un entretien à Dmitri Kisselev, directeur général de Sputnik.

« Les problèmes économiques pourront être réglés immédiatement, lorsque la situation en Syrie se stabilisera. Par contre, la restauration de l’infrastructure demandera beaucoup de temps », a indiqué le chef de l’État syrien.

Selon lui, les réfugiés commenceront à rentrer lorsqu’il y aura un espoir d’amélioration dans le pays.

« La migration a été provoquée par le terrorisme et l’insécurité. Elle est également liée au blocus, aux sanctions occidentales imposées contre la Syrie. Nombreux sont ceux qui ont quitté des régions où il n’y a pas de terrorisme à cause de la baisse du niveau de la vie », a expliqué le président syrien.

La confrontation entre Bachar el-Assad et les rebelles demandant sa démission a commencé en 2011 pour se transformer en guerre civile, ce qui a permis aux organisations terroristes de se développer. En septembre 2014, la coalition internationale dirigée par les États-Unis a commencé ses frappes aériennes sur les positions des djihadistes. En automne 2015, Moscou a lancé, à la demande de Damas, une opération aérienne contre les extrémistes. Puis, en mars, le président Poutine a ordonné le retrait du gros du contingent russe dans le pays, laissant toutefois fonctionner normalement la base maritime russe de Tartous et l’aérodrome de Hmeimim.

SputnikNews


Publié le 31 mars, 2016 dans Califat Islamique, Conflits & Guerres, Immigration, Syrie.

Laissez un commentaire