Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

« Ce n’est pas le Virus Zika » : Plusieurs médecins exposent le lien entre les pesticides de Monsanto et les malformations congénitales

« Ce n’est pas le Virus Zika » : Plusieurs médecins exposent le lien entre les pesticides de Monsanto et les malformations congénitales

Addendum – Le gouvernement Brésilien a suspendu la vente du larvicide sensé combattre le virus Zika et apparemment responsable des cas de microcéphalies, le 14 février 2016.

—————

monsanto-pesticides

Tandis que les alarmistes répandent des théories abracadabrantesques quant à l’épidémie du Virus Zika, des organisations séparées composées de docteurs brésiliens et argentins défient la notion récente que l’épidémie de Virus Zika au Brésil est responsable de l’augmentation de malformations congénitales dont la microcéphalie.

Suite à la hausse spectaculaire des malformations congénitales, le ministère brésilien de la Santé a rapidement agi et a lié ces phénomènes à l’épidémie du virus Zika. La microcéphalie est une maladie congénitale dans laquelle la tête d’un bébé se développe de façon anormalement petite.

En dépit de tout le battage médiatique entourant le virus Zika et les microcéphalies liées aux moustiques, il existe encore un lien scientifique prouvé entre les deux.

Dans un rapport récemment publié par des médecins du Crop-Sprayed Towns (PCST), le groupe a révélé que la zone dans laquelle les personnes ont été affectées a été le lieu d’épandage de larvicides connus pour provoquer des malformations congénitales.

Le produit chimique, le pyriproxyfène, a été ajouté aux réservoirs d’eau potable de l’état de Pernambuco en 2014, par le ministère brésilien de la Santé, dans un effort pour arrêter la prolifération du moustique porteur du virus Zika.

Le rapport de PCST a révélé que le pesticide, commercialisé sous le nom de SumiLarv, est fabriqué par Sumitomo Chemical, une filiale japonaise de Monsanto.

Le Pyriproxyfène est un inhibiteur de larves de moustiques, ce qui altère le processus de développement de la larve, générant ainsi des malformations dans le développement des moustiques afin de les tuer ou de désactiver leur croissance. Il agit en tant qu’hormone ou juvénoïde mineur, et a pour effet d’inhiber le développement des caractéristiques adultes des insectes (par exemple, les ailes et les organes génitaux externes) et la croissance en matière de reproduction. C’est un perturbateur endocrinien et est tératogène (cause des malformations congénitales).

« Les malformations détectés chez des milliers d’enfants et de femmes enceintes vivants dans des zones où l’état brésilien a ajouté du pyriproxyfène à l’eau potable n’est pas une coïncidence, même si le ministère de la Santé impute une responsabilité directe au virus Zika pour ces dommages, tout en essayant d’ignorer sa responsabilité et d’exclure l’hypothèse de dommages chimiques directs et cumulatifs causés par des années de perturbation endocrinienne immunologique chez la population touchée », selon le rapport de médecins des villes où ce pesticide a été pulvérisé sur les cultures.

Pour compléter le rapport de PCST, en date de janvier 2016, l’Association brésilienne pour la santé collective (ABRASCO) a publié une lettre ouverte au peuple du Brésil, interrogeant l’analyse linéaire effectuée par le ministère brésilien de la Santé, qui reliait les malformations congénitales émergentes à Zika.

Le groupe a pris l’affaire en main en ignorant d’autres facteurs qui pourraient avoir une influence directe sur le problème et ont travaillé pour minimiser le fait que l’épidémie répandue dans le Pacifique et en Colombie, n’ont donné lieu à aucun cas de malformations, et encore moins à des microcéphalies.

D’après le rapport de PCST:

Les précédentes épidémies de Zika n’ont pas causé de malformations congénitales chez les nouveau-nés, en dépit du fait que 75% de la population dans ces pays a été infectée. En outre, dans d’autres pays tels que la Colombie, il n’y a pas de dossiers concernant la microcéphalie; Cependant, il y a beaucoup de cas de Zika.

Bien qu’il n’y ait pas eu de pénurie de théories quant à l’origine du virus que l’on peut acheter en ligne, l’Organisation mondiale de la Santé a pris soin de ne pas le lier directement aux microcéphalies.

« Même si un lien de causalité entre l’infection Zika pendant la grossesse et une microcéphalie et je dois le souligner, n’a pas été établi, la preuve circonstancielle est suggestive et extrêmement préoccupante », a annoncé la directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, le mois dernier.

L’OMS a officiellement déclaré que l’épidémie était une des priorités de l’organisation, et ses fonctionnaires surveillent attentivement la propagation rapide du virus. Les scientifiques sont actuellement en compétition pour développer un vaccin.

Source: The Free Thought Project, le 14 février 2016


Publicité
Publié le 15 février, 2016 dans Conspirations & Complots, Monde, OGM, Santé.

Commentaires (1)

 

  1. Tapagenocturne dit :

    Comment peut on faire confiance à l’OMS? J’ai vu une vidéo où la « responsable annonce sa crainte face à la maladie due au moustique; elle semble faire du théâtre. Bon, on s’en fout. Aller donc voir du coté de l’Afrique et de « l’ulcère de Burulli ». Une infirmière avait trouvé comment soigner ça. Des chercheurs avaient trouvé la cause de cette maladie et les raisons pour lesquelles l’argile la soignait si bien. Et bien l’OMS a interdit à cette femme et à son équipe de soigner les malades, sous peine de prison, cela en coopération avec le gouvernement du pays. Bien sûr des labos se sont penchés sur le sujet. A ce propos, les laboratoires Pasteur m’on écrit concernant cette maladie, en me demandant un don pour leurs recherches. Après que je leur ai envoyé l’article complet sur le sujet (article dans la revue Nexus, numéro?), je n’ai plus eu de nouvelles de chez Pasteur.

Laissez un commentaire