Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Jean-Luc Mélenchon : au gouvernement, « tous les dégoûtés sont partis, il ne reste que les dégoûtants »

Jean-Luc Mélenchon : au gouvernement, « tous les dégoûtés sont partis, il ne reste que les dégoûtants »

Dans une interview au « Journal du dimanche », Jean-Luc Mélenchon a violemment critiqué la politique menée par le président François Hollande.

« Sur tous les marqueurs de l’époque, et au premier rang le chômage, la situation est pire que sous Sarkozy », affirme-t-il. «Quant aux dommages moraux, ils sont vertigineux. François Hollande est le nom de toutes nos misères et de toutes nos désillusions », poursuit l’ancien ministre. « Aujourd’hui, les gens n’ont plus de repères politiques : pour eux, droite et gauche sont deux blocs faisant la même politique. »

Interrogé sur le départ de la ministre de la Justice Christiane Taubira du gouvernement, Jean-Luc Mélenchon affirme que « maintenant que tous les dégoûtés sont partis, il ne reste que les dégoûtants ».

melanchon

À propos de la prolongation attendue de l’état d’urgence, il estime que si celui-ci «était pleinement justifié dans les premières heures » suivant les attentats de novembre à Paris, « dans la durée, cela fait reculer nos libertés collectives, sans aucun gain en termes de sécurité».

Jean-Luc Mélenchon rejette enfin l’idée de participer à une primaire à gauche en vue de la présidentielle de 2017. «Hollande et Sarkozy comptent qu’il n’y ait pas de vrai deuxième tour grâce à la peur de Le Pen. Ils voudraient bien qu’il n’y ait pas de premier tour non plus grâce au vote utile dans les primaires», conclut-il.

Le Point


Publié le 31 janvier, 2016 dans France, François Hollande, Politique & Loi.

Laissez un commentaire