Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le jour où l’EI paralysera nos communications, nos transports, nos sources d’énergie…

Le jour où l’EI paralysera nos communications, nos transports, nos sources d’énergie…

Le groupe État islamique recrute des hackers et la cyberguerre qu’il prépare risque d’être plus meurtrière encore que les attentats-suicides.

daech

[…]« Il suffit de 40 cybercriminels particulièrement expérimentés pour mettre un pays à genoux. Ils peuvent désorganiser nos télécommunications, nos moyens de transport, nos sources d’énergie », ont expliqué les différents intervenants qui participaient à Neuchâtel, en Suisse, à un colloque consacré à la lutte contre la cybercriminalité. Ce colloque, organisé par l’Association suisse de la sécurité de l’information, faisait notamment intervenir Joseph Billy, ancien directeur adjoint en charge de la division de contre terrorisme du FBI, Gal Messinger, ancien officier des forces de sécurité israéliennes, le Français Alain Bauer, professeur de criminologie appliquée au Conservatoire national des arts et métiers. […]

Alain Bauer, qui clôturait ce colloque, n’a guère parlé de hackers et de cyberguerre, mais les services secrets français ont dû entendre leurs oreilles siffler. « Un jeune policier d’origine maghrébine avait fort bien compris le degré de dangerosité d’un Mohamed Merah, avant qu’il n’assassine sept personnes, dont trois enfants juifs, mais sa hiérarchie, à Paris, n’a rien voulu savoir. Comme Merah ne portait pas de djellaba ni de barbe, et qu’il buvait de l’alcool, ils en ont déduit que ce n’était pas un terroriste ! Les services français savent compiler les infos, faire des fiches, mais ils ne savent pas analyser », lâche le criminologue.

Pendant longtemps, Mohamed Merah a été présenté comme un loup solidaire, qui se serait radicalisé seul, derrière son ordinateur. Jean-Paul Rouiller, l’ancien membre des services secrets suisses, rappelle que le jeune terroriste franco-algérien a été formé en 2011 dans les montagnes pakistanaises par le Tunisien Moez Garsallaoui, longtemps résident dans le canton de Fribourg. […]

Le Point via FDS

Publié le 25 janvier, 2016 dans Califat Islamique, Conflits & Guerres, Cyber Guerre, France, Terrorisme.

Publicité

Laissez un commentaire

*