Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Pas de migrants à Coussey (88) : la détermination des élus a payé

Pas de migrants à Coussey (88) : la détermination des élus a payé

Certes le projet n’est pas forcément lié à une occupation temporaire des lieux par une improbable arrivée de migrants dans la petite localité de l’Ouest vosgien, il n’empêche : l’exécutif coussetois a voté ce vendredi soir le principe de lancement d’une étude de faisabilité d’une maison de santé dans le bâtiment principal de l’ancienne gendarmerie locale. Or c’est là justement que le 10 novembre dernier, on s’en souvient, étaient attendus une quinzaine de migrants en provenance de la « jungle » de Calais.

vosges-matin

Des migrants dont on n’entend plus parler à Coussey, si ce n’est quelques bruits parasites, instants parfois, lourds dans tous les cas, faisant état de présence – fantôme donc – dans les pavillons ayant logé jadis des gendarmes. « On n’a plus de son, plus d’image. Les migrants ne viendront plus », lâche Bernard Adam, maire de Coussey, quelque peu excédé par la tournure qu’ont pris les événements depuis un bon mois maintenant.

Cinq membres de l’exécutif municipal ont en effet démissionné à la suite de cette affaire. Dont deux adjoints. Avec une première désaffection – pour raison personnelle – dès le début de la mandature, cela porte donc à six – sur quinze – le nombre d’élus manquants. Dans ce contexte, le conseil municipal devrait « normalement » se trouver dans l’incapacité de se réunir, faute de quorum.

Mais la préfecture ayant pour l’heure refusé la démission des deux adjoints, ces derniers sont considérés comme « excusés ». Ils sont donc tout juste onze – officiellement –, dont deux démissionnaires à faire fonctionner la démocratie dans l’ancien chef-lieu de canton de l’Ouest vosgien. Mais pour combien temps encore ?

Vosges Matin via FDS

Publié le 19 décembre, 2015 dans France, Immigration, Politique & Loi.

Publicité

Laissez un commentaire

*