Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Donald Trump veut « fermer Internet » pour lutter contre le terrorisme

Donald Trump veut « fermer Internet » pour lutter contre le terrorisme

trump-d

« Nous perdons beaucoup de gens [qui se radicalisent] à cause d’Internet. Il faut que nous voyions Bill Gates et d’autres gens qui comprennent vraiment ce qui se passe. Il faut leur demander, peut-être dans certains endroits, de fermer Internet en partie, d’une manière ou d’une autre. »

Donald Trump, le candidat à l’investiture républicaine pour la prochaine présidentielle états-unienne en tête dans les sondages, n’a pas seulement proposé cette nuit de « stopper toute immigration musulmane aux Etats-Unis ». Il a également proposé de couper en partie Internet, sans dire précisément s’il pensait à des zones géographiques ou à certains services.

Comme souvent, la proposition agitée par M. Trump repose sur des fondements techniques et juridiques plus qu’incertains. Si les Etats-Unis exercent historiquement un contrôle important sur la manière dont est géré Internet — l’Icann, l’association chargée de la gouvernance du réseau, est une association de droit californien — ils ne décident pas seuls. D’autant plus que l’Icann doit s’ouvrir, à partir de 2016, à un mode de gouvernance plus ouvert.

Par ailleurs, couper des services ou l’accès à Internet dans certaines parties du monde est techniquement complexe. Certains pays ont, par le passé, interdit l’accès de leurs citoyens au réseau — notamment lors de la chute du dictateur égyptien Hosni Moubarak —, mais une coupure « à distance », opérée des Etats-Unis, est autrement plus complexe techniquement en raison de la nature décentralisée du réseau, et surtout diplomatiquement — il s’agirait d’une ingérence sans précédent et d’une probable violation des droits humains. Des critiques balayées par M. Trump, qui les anticipe : « Oui, des gens vous diront “et la liberté d’expression ?”. Ce sont des idiots. »

Enfin, quelles que soient les compétences de Bill Gates, le fondateur de Microsoft, qui se consacre aujourd’hui à sa fondation caritative, il est peu probable qu’il puisse aider M. Trump à concrétiser sa proposition. Sa fondation travaille en effet à des moyens d’améliorer l’accès au réseau dans les zones mal couvertes, en équipant notamment des bibliothèques en Afrique — un objectif peu compatible avec l’idée de couper l’accès à Internet d’une partie de la population mondiale.

Source: Le Monde, 8 décembre 2015


Publicité
Publié le 8 décembre, 2015 dans Etats-Unis, Internet.

Laissez un commentaire