Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Phuc Dat Bich, le faux compte Facebook qui a trompé tout le monde

Phuc Dat Bich, le faux compte Facebook qui a trompé tout le monde

En voulant attirer l’attention sur l’importance de laisser les internautes choisir des pseudonymes sur les réseaux sociaux, un homme a déclenché une vaste réaction sur Internet, trompant de nombreux médias.

pdb

(…) Huit mois plus tard, il y a quelques jours donc, le post de Phuc Dat Bich est devenu viral. Son histoire a été reprise par des médias du monde entier, par exemple The Independent en Grande Bretagne. En France, elle a fait l’objet d’une dépêche AFP, elle-même reprise sur de nombreux sites (et automatiquement publiée sur Libération.fr).

Mardi 25 novembre, c’est la victoire : face à la mobilisation, Facebook reconnaît au jeune homme le droit d’employer son nom sur le réseau social. Il poste un nouveau statut : «Je suis très reconnaissant envers les personnes qui soutiennent les noms présents dans certaines cultures. Nous vivons dans une société diverse et multiculturelle et le fait que des gens ici-bas me soutiennent et m’encourage me rend heureux.»

Et puis patatras : ce mercredi matin, la personne se trouvant derrière la page Facebook révèle que «ce qui a commencé comme une blague entre amis est devenu une blague qui a ridiculisé les médias et fait ressortir le meilleur des gens qui m’ont contacté». Dans son statut, signé «Joe Carr», l’auteur écrit ainsi avoir conclu de cette histoire qu’il «ne faut pas faire confiance aux médias, qui sont détournés par des journalistes affamés masquant la vérité». Son vrai nom serait Tin Le, a-t-il affirmé au Guardian.

(…) Libération via FDS


Publié le 25 novembre, 2015 dans Internet, Multiculturalisme, Société & Culture.

Laissez un commentaire