Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le ministère de l’Éducation veut déconstruire les théories du complot

Le ministère de l’Éducation veut déconstruire les théories du complot

truth-is-out

Le ministère a mis en lignes des ressources pédagogiques à destination des enseignants. Déconstruire les théories conspirationnistes est un impératif selon Loïc Nicolas, chercheur en rhétorique du complot.

Depuis le vendredi 13 novembre et les attentats de Paris, plusieurs rumeurs et théories du complot se diffusent largement. Une vidéo sur YouTube remet en cause l’existence de l’attentat du boulevard Voltaire. Un article issu d’un site complotiste remet en cause la volonté de nuire des trois kamikazes du Stade France, et désigne le gouvernement, «complice de Daech», comme responsable des attentats. Le ministère de l’Education nationale, conscient du phénomène, a diffusé mercredi des ressources pédagogiques à destination des enseignants: articles de presse, résumé de colloques sur le sujet, vidéos explicatives.

«Les collégiens et lycéens ne s’informent pas avec les médias traditionnels mais sur les réseaux sociaux, explique-t-on au ministère. Pour eux, les informations des grands médias arrivent en même temps que des rumeurs et articles de sites complotistes, et ils ne savent pas forcément faire la différence».

«Il y aura toujours du fantasme et de l’intrigue»

Pour Loïc Nicolas, chercheur à l’université Libre de Bruxelles et coauteur des Rhétoriques de la conspiration (CNRS éditions, 2010), les jeunes sont particulièrement visés par les théories conspirationistes. A leur âge, il est normal d’ «essayer de mettre en difficulté les théories officielles et les personnages publics», un «défi de l’autorité» plutôt banal. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il serait accentué aujourd’hui par «la crise économique et le désoeuvrement que peut ressentir une certaine part de la jeunesse».

Avec les réseaux sociaux, les théories du complot touchent particulièrement les jeunes, qui les partagent parfois sans réfléchir. «Les jeunes sont très férus et fort capables d’utiliser les médias sociaux. Ils y relaient des informations très rapidement, sans les vérifier. Mais y croient-ils vraiment?» se demande le chercheur. «Ces jeunes ont été nourris par un besoin de transparence absolue. Il faut leur expliquer que la transparence ne sera jamais parfaite, qu’il y aura toujours du fantasme et de l’intrigue».

«Il ne faut pas critiquer l’outil, mais réapprendre à l’utiliser»

S’il n’existe pas aujourd’hui de «boite a outils pour lutter contre les théories complotistes», le chercheur recommande de travailler sur les outils informatiques et les sources variées qu’on y trouve. Comment et où chercher l’information, y compris sur des espaces qui se définissent comme «alternatifs», pour «comprendre leurs logiques sans y adhérer». La pire erreur serait de «faire comme si les théories du complot n’existaient pas. Cela les renforce! Il faut les affronter».

Le chercheur recommande également de «travailler le débat en classe, mais de façon sereine et informée». Il pense que «la pratique de l’oral et de la confrontation» est essentielle pour développer l’esprit critique des élèves. Finalement, Loïc Nicolas ne dramatise pas la situation et pense qu’il ne faut surtout pas stigmatiser les réseaux sociaux, simplement parce qu’on ne comprend pas comment ils fonctionnent. «Sur les réseaux sociaux, les jeunes s’informent, ils écrivent. Certes, c’est parfois hasardeux et pas forcément cohérent. Mais il ne faut pas critiquer l’outil, mais réapprendre à l’utiliser». En définitive, le chercheur est persuadé qu’il faut «avoir confiance dans la jeunesse.»

Le Figaro

Publié le 23 novembre, 2015 dans Conspirations & Complots, Education, France, Jeunesse.

Publicité

Commentaires (2)

 

  1. Spoutnik dit :

    Que de conneries ne faut-il pas entendre…

    On ne peut s’attendre à rien d’autre qu’une logorrhée anti-conspirationniste semblable de la part d’un « expert officiel » fourni gracieusement par le « système ».

    Il faut bien comprendre que les professeurs (d’université, surtout) et les « experts » de tout poil ne pourraient tenir le poste qu’ils occupent s’ils devaient s’essayer à professer autre chose que ce qu’on leur a enseigné.

    Ceux qui se risquent à un pareil sacrilège sont écartés irrémédiablement de leur fonction de porte-parole du sacro-saint discours officiel et sont repoussés dans le lot de ceux qu’on traite d’imbéciles, de fous ou d’esprits subversifs.

    La peuve que la théorie de l’évolution darwinienne appliquée à l’intelligence humaine ne fonctionne pas c’est que 500 ans après le Moyen-Âge l’élite au pouvoir ne sait toujours pas faire autre chose que de fonctionner avec des dogmes absolus de tous genres qu’on se doit d’accepter afin de n’être pas brûlés littéralement ou allégoriquement sur un bûcher, à la satisfaction bestiale de la plus grande majorité des imbéciles.

    S’il y a des conspirationnistes, c’est qu’il n’y a aucune transparence dans l’exercice du pouvoir, que les gouvernements ne travaillent pas, de toute évidence, pour le bien du peuple (avez-vous observé une amélioration de vos conditions sociales depuis 50 ans ?) et qu’ils essaient même de faire passer la nuit pour le jour (de façon figurée, cela va de soi), de même qu’une foule d’autres raisons tout aussi justifiables.

    Si les gouvernements travaillaient vraiment pour le peuple, plutôt que de s’adonner à une fallacieuse chasse aux sorcières parmi la population, ils devraient faire preuve d’humilité et faire un authentique auto-examen pour chercher à savoir ce qu’ils n’ont pas fait correctement et s’amender honnêtement devant ceux qu’ils sont supposés servir et non pas mettre en esclavage.

  2. trismus37 dit :

    La propagande gouvernetale dans les médias ne suffit pas.
    Maintenant, les enseignants viennent à la rescousse pour mystifier les enfants !

Laissez un commentaire