Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Les scientifiques peuvent désormais prédire l’intelligence à partir de l’activité cérébrale

Les scientifiques peuvent désormais prédire l’intelligence à partir de l’activité cérébrale

crveau

Les humains ont une relation haineuse et amoureuse avec les cliques, clades et classes que comptent leur monde. Ces tensions représentent le coeur d’un grand nombre d’oeuvres fictives dystopiques: La protagoniste du film Divergent est spéciale car ses traits de caractère ne rentrent dans aucune des castes de la société; Minority Report présente les folies de juger les gens avant qu’ils n’agissent. Ces histoires sont intéressantes car elles font parties du domaine de la science fiction et non des faits.

Mais des neurologues ont cartographié les cerveaux d’individus avec succès et sont à même de prédire avec une grande précision leur intelligence. La réalité se rapproche tout doucement de la science fiction.

Par le mot intelligence, dans ce cas précis, les scientifiques parlent en fait des capacités abstraites de raisonnement, qu’ils ont déduites en cartographiant les connexions dans les cerveaux de chaque sujet. Mais l’étude, qui a été publiée aujourd’hui dans la revue Nature Neuroscience, est remarquable car elle est porteuse d’une vérité fondamentale et désagréable: Certains cerveaux sont meilleurs que d’autres. Simplement car ils ne sont cérébralement pas connectés de la même façon que les autres. Et désormais, les scientifiques sont à un doigt de déterminer avec une précision absolue les cerveaux qui sont le mieux connectés, et comment ils en sont arrivés là.

Les recherches sur l’intelligence sont relativement jeunes. Mais demandez aux chercheurs ce qu’adviendra ce domaine, et ils plongent rapidement dans la science fiction. « Dans le futur, votre employeur lors d’un entretien d’embauche vous fera passer un scan IRM pour déterminer vos capacités cognitives et connexions fonctionnelles pour déterminer si vous êtes actuellement fait pour le travail en question, » a t-il dit en rigolant à moitié, comme si ce n’était pas la pire chose à entendre. « Nous n’en sommes qu’aux phases préliminaires, mais nous allons bien dans cette direction. »

Richard Haier, un chercheur à l’université de Californie, à Irvine, voit la chose encore plus sérieusement que cela, il voit différentes applications à cette découverte: Il espère que les écoles pourraient scanner les enfants pour voir le genre d’environnement éducatif dans lequel ils sont plongés, ou pour déterminer qui est le plus sujet aux addictions, ou bien scanner les détenus de prisons pour déterminer s’ils sont violents ou non. Les deux scientifiques ont par ailleurs mentionné le film Minority Report.

Découvrir que le petit Paul est un surdoué et qu’il a de grandes capacités auditives est génial et tout, mais l’autre facette des données, à savoir, si on est sujet aux addictions, à la violence, ou prédisposé à croire aux théories du complot, est plus contraignant. « C’est à double tranchant, » a dit Laura Cabrera, une neuroéthicienne de l’Université de l’Etat du Michigan. Les écoles pourraient par la suite utiliser les données pour accepter des élèves ou pas, les compagnies pourraient embaucher en fonction des aptitudes mentales, les compagnies d’assurance pourraient se baser sur les prédispositions cognitives. La cartographie prédictive des cerveaux pourraient nous amener à une toute nouvelle forme de neurodiscrimination.

crveau-2

Un « connectome » cartographie les communication des différentes régions du cerveau qui communiquent avec avec lui-même à chaque fois que le cervelet effectue une connexion avec le cortex préfrontal. Les chercheurs appellent cela les empreintes digitales du cerveau, car nous avons tous un réseau qui est unique.

Dans cette étude, les chercheurs ont prédit le succès de 126 sujets qui ont été soumis à des scans IRM à l’occasion du Human Connectome Project, une initiative qui en est à sa cinquième année d’analyses des communications du cerveau humain avec lui-même. Les sujets ont effectué plusieurs tests concernant les capacités motrices, la mémoire, l’intelligence, y compris un modèle à compléter qui mesure le taux de raisonnement abstrait; ce que les neurologues appellent l’intelligence fluide.

Leurs connectomes se sont avérés être liés au succès qu’ils ont rencontré aux différents tests. « Le plus certaines régions communiquent entre elles, le plus vous êtes capables d’assimiler des informations rapidement et de procéder à des déductions, » a dit Emily Finn, une étudiante de Yale et une autre auteure de l’étude. Une connexion forte entre le lobe frontal et les lobes pariétaux, produisent un score d’intelligence fluide particulièrement élevé. Les deux régions en question sont responsables des hautes fonctions neuronales, a dit Finn, ce qui est cohérent: « Avant tout, ils [les connectomes] pointent du doigt tout ce qui fait de nous un(e) humain(e). »

Source: Wired.com, le 12 octobre 2015


Publicité

Laissez un commentaire