Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La Revanche Nazie : l’Allemagne propose de sanctionner financièrement les pays de l’U.E. qui n’acceptent pas les quotas d’immigrés

La Revanche Nazie : l’Allemagne propose de sanctionner financièrement les pays de l’U.E. qui n’acceptent pas les quotas d’immigrés

merkel-nazie

Le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière, a évoqué ce matin la possibilité de réduire les fonds structurels versés par l’Union européenne aux pays qui rejettent l’idée de quotas de répartition des réfugiés, après l’échec lundi d’une réunion européenne.

« Nous devons parler de moyens de pression », a-t-il dit à la chaîne allemande ZDF. Les pays qui refusent la répartition par quotas « sont des pays qui reçoivent beaucoup de fonds structurels » européens, a-t-il justifié, trouvant « juste qu’ils reçoivent moins de moyens », et disant reprendre une proposition du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Hier soir, les 28 Etats membres de l’UE, réunis en urgence à Bruxelles, ne sont pas parvenus à un accord sur la répartition contraignante de 120.000 réfugiés. Selon le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, « un certain nombre de pays ne veulent pas adhérer à ce processus de solidarité », parmi lesquels la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie.

L’Allemagne, qui s’attend désormais à recevoir entre 800.000 et un million de demandeurs d’asile selon les sources, a réintroduit dimanche des contrôles à ses frontières, suspendant de facto l’accord de libre-circulation européen. « Nous ne voulons pas que (ces contrôles) soient une solution durable, mais ils ne sont pas non plus passagers », a prévenu Thomas de Maizière.

Le Figaro


Commentaires (1)

 

  1. Geronimo dit :

    Et bien il ne reste plus qu’à sortir de l’Europe.
    D’abord les pays de l’Est, et ensuite espérons que certains pays de la « vieille Europe » suivront.
    Adieu l’Union Européenne! C’était amusant, mais maintenant on va passer à autre chose de plus
    constructif. :)

Laissez un commentaire