Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La Californie impose à Monsanto la mention “cancérigène” sur les emballages du Roundup

La Californie impose à Monsanto la mention “cancérigène” sur les emballages du Roundup

L’Agence de Protection Environnementale (EPA) de Californie a annoncé officiellement son intention de préciser sur les étiquettes que le glyphosate est cancérigène. Le produit est notamment présent dans le Roundup, un célèbre herbicide utilisé dans le monde entier.

monsanto-roundup

La Californie épingle le glyphosate comme cancérigène

Le glyphosate (N-(phosphonométhyl) glycine, C3H8NO5P) a souvent été vu comme un désherbant « moins mauvais » que d’autres sur un plan toxicologique. Son mode d’action passe par les feuilles, il est transporté de manière systémique dans la plante jusqu’aux racines, avant qu’il ne se fixe au sol et qu’il soit dégradé par les micro-organismes du sol.

Il est généralement décrit comme faiblement toxique pour les êtres humains et les animaux. Que le glyphosate soit plus que largement soupçonné d’être cancérigène n’est pourtant pas nouveau. En début d’année 2015, l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classait trois pesticides dans la catégorie 2A – c’est-à-dire « cancérogènes probables » -, le diazinon, le malathion et le glyphosate.

Si les deux premiers sont des insecticides à l’utilisation restreinte en Europe, le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé au monde, synthétisé par Monsanto dans les années 1970 et utilisé depuis dans le désherbant Roundup, les acteurs de Monsanto défendant d’ailleurs leurs produits contre ce qu’ils appellent la « science poubelle ».

Une exposition forte au glyphosate

Suite à l’annonce de l’OMS, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait réévalué, avec un protocole très strict, les trois molécules concernées, pas loin des « cancérogènes certains ». Un avis important considérant que le glyphosate est présent non seulement dans le Roundup mais également dans plus de 750 produits utilisés par les agriculteurs, les forestiers, mais également au jardin par les particuliers.

Les premiers concernés par les risques de cancer sont bien entendu les agriculteurs et jardiniers, en contact direct et fréquent avec le glyphosate. Ce n’est néanmoins pas le seul risque. L’avenir de la substance est loin d’être anodine, puisqu’on en est arrivé à un stade où plusieurs pays ont vu leurs plantes génétiquement modifiées de manière à ce qu’elles puissent résister à l’herbicide. Il est donc possible d’arroser largement et directement les cultures. Et bon appétit !

Une étude de 2011(3) relevait déjà des niveaux mesurables de glyphosate aux Etats-Unis pour les trois quarts des échantillons d’air et d’eau de pluie analysés. Et la situation s’est encore dégradée depuis. Selon l’Agence de Protection Environnementale de Californie, 90 % des champs de maïs et de soja ont été conçus pour résister au glyphosate, l’utilisation y est donc large.

Bonne nouvelle pour les industriels du secteur, l’avis seul d’un organisme comme le CIRC ne permet pas l’interdiction, l’identification des risques n’étant qu’une étape avant que les agences de sécurité sanitaire n’émettent un avis sur le risque encouru par les populations générales.

Quelle que soit la nation, quand un risque est identifié, reste ensuite à chaque pays à prendre des décisions, ce qui avait par exemple conduit l’Europe à interdire des pesticides dangereux pour les abeilles, au grand dam de Bayer.

Suivant la même logique, l’Agence de Protection Environnementale de Californie a annoncé son intention de passer le glyphosate dans la liste des « cancérigènes connus de l’État », détaillant dans un communiqué que « dans les prochains mois, il sera ajouté à une liste de produits chimiques connus comme cancérigènes, mais aussi causes d’interruptions de grossesse et perturbateurs endocriniens, le tout dans le cadre de la Proposition 65. Une fois que cela sera fait, les industriels auront à placer et porter des avertissements clairs avant d’exposer des gens au Roundup et autres produits contenant du glyphosate ».

(…)

Consoglobe.com via Fortune


Publié le 15 septembre, 2015 dans Etats-Unis, OGM, Santé.

Commentaires (3)

 

  1. belam dit :

    Sur toute la planète pas seulement le sol Européen avec leurs maudit poison !

  2. Geronimo dit :

    Monsanto doit être totalement INTERDIT sur le sol Européen.

  3. rikiki dit :

    Il serait temps! mon père est mort à cause de cet herbicide qu’il employait sans connaissance de cause à l’époque ! une cochonnerie de molécule qui s’est fixée sur son cerveau qui lui a transmis un cancer irréversible…utilisez du bio pour desherber SVP ! (l’eau bouillante des patates cuites est le meilleur remède contre la mauvaise herbe ; le brûlage est conseillé)…

Laissez un commentaire