Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le traumatisme de l’Holocauste se transmettrait génétiquement

Le traumatisme de l’Holocauste se transmettrait génétiquement

Y a-t-il une mémoire génétique de l’holocauste? Si la question a été maintes fois posée, sans jamais obtenir de réponse scientifique nette, c’est désormais chose faite. En tout cas, c’est ce que semble conclure une étude, à haut potentiel polémique, menée par une équipe de l’hôpital new-yorkais Mont-Sinaï. Le résultat de l’étude, menée par Rachel Yehuda, professeur en psychiatrie et en neurosciences, a été publié dans la revue Biological Psychiatry.

shoadn

Elle conclut, sans équivoque, que les traumatismes liés à l’Holocauste se transmettent génétiquement aux générations suivantes. Autrement dit, l’étude entérine la très controversée épigénétique: soit l’idée que les gènes peuvent être influencés par l’environnement et l’histoire individuelle et donc se transmettre génération après génération.

L’équipe de chercheurs a réuni 32 hommes et femmes juifs, qui ont tous été enfermés dans des camps de concentration nazis, ont été témoins ou victimes de torture, ou ont dû fuir pendant la Seconde Guerre mondiale. Leur gènes, ainsi que ceux de leurs enfants, tous atteints de stress et de troubles anxieux, ont été analysés et comparés à ceux de juifs qui n’étaient pas eu Europe au moment de la Shoah.

L’équipe s’est particulièrement penchée sur les aspects génétiques de la réponse générale au stress et les conclusions sont sont sans appel: «Les modifications génétiques observées sur les enfants de survivants ne peuvent être attribuées qu’à l’exposion à l’holocauste de leurs parents.» Ils ont trouvé des marqueurs génétiques identiques entre survivants de leur Shoah et leur enfants, sans jamais identifier de corrélation similaire dans l’autre groupe.

Ce qui signifierait donc que le traumatisme laisse une empreinte biologique, au-delà de la mémoire transmise par les récits et l’éducation.

«S’il y a transmission de traumatisme, elle se fait via un gène lié au stress qui façonne la manière dont nous faisons face à notre environnement, a déclaré Rachel Yehuda. À notre connaissance, c’est la première démonstration de la transmission trans-génétique des effets d’un traumatisme, quand les deux parents ont été exposés.»

(…)

Sources: Slate / Fdesouche

Publié le 24 août, 2015 dans Génétique, Judaïsme.

Publicité

Commentaires (2)

 

  1. don dit :

    Les dommages & intérêts aussi se transmettent d’une génération à l’autres en se basant sur ce genre de prétexte fumeux. « j’suis traumatisé de père en fils depuis le XIV ème siècle, par ici la monnaie camarades » ! :)

  2. MARION dit :

    Tous traumatisme vécu est répercuté sur les générations futures d’une manière ou d’une autre. Ca s’étudie en psychogénéalogie. Il y a le livre « aïe mes aïeux! » d’une psychologue allemande qui met cela en lumière. Car dans nos sociétés occidentales avec cette structure familiale, l’individu a une « certaine dette inconsciente  » envers ses ancêtres.
    Comme l’explique beaucoup mieux que moi le neurologue Boris Cyrulnik, les personnes vivant un traumatisme souffrent, cette souffrance se répercute dans leur organisme, dans leur spermatozoïde et ovule. Et l’enfant peut souffrir de ce traumatisme sans même connaître -surtout s’il ne connaît pas- l’histoire familiale car il y aura quelque chose au niveau de sa sérotonine (glande du cerveau régulant l’anxiété je crois) qui n’est pas faite.
    Pour comprendre la plupart des maladies mentales, il faut regarder dans son arbre généalogique sur deux ou trois génération.
    Bref, tout ca pour dire que c’est pas que l’holocauste, ca peut etre un autre drame historique ou individuel.

Laissez un commentaire