Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Deux femmes marocaines séropositives ont détruit des dizaines de militants de l’Etat Islamique

Deux femmes marocaines séropositives ont détruit des dizaines de militants de l’Etat Islamique

femmes-vih

Pour l’instant, ils sont détenus dans un centre de la ville de Deir ez-Zor, en Syrie. Pas par les forces gouvernementales, mais par leurs pairs : les djihadistes du groupe Etat islamique. Le crime de ces 16 hommes ? Avoir contracté le VIH, rapporte l’agence de presse syrienne ARA News.

La plupart des combattants infectés seraient « des étrangers qui ont eu des rapports sexuels avec deux femmes marocaines, qui n’avaient pas révélé leur maladie. Nous avons reçu l’ordre par Les dirigeants locaux de Daesh nous ont donné l’ordre de ces militants infectés vers un centre de quarantaine dans la ville », a confié à l’agence, sous couvert d’anonymat, un médecin syrien de l’hôpital national d’al-Mayadeen.

Des tests de dépistage pour tous

Les deux femmes marocaines, de crainte d’être exécutées par l’EI, auraient fui en Turquie. Les dirigeants de Daesh auraient décidé de mettre en place des tests de dépistage du VIH pour tous ses combattants locaux et ils envisageraient également d’attribuer les prochains attentats-suicides aux djihadistes déjà contaminés.

Une affaire similaire avait déjà éclaté il y a trois mois, cette fois-ci dans la ville de Shaddadi, située plus au nord, mais toujours à l’Est du pays, rappelle ARA News. Un combattant indonésien a contracté le VIH après avoir eu des rapports avec une esclave sexuelle yézidie.

Cette même esclave a été vendue plus tard à d’autres membres du groupe radical, causant un vent de panique dans les rangs de Daesh », écrit l’agence de presse, qui précise que le combattant indonésien a été abattu par l’EI, tout comme le médecin saoudien qui avait ébruité l’information.

20 Minutes

Publié le 22 août, 2015 dans Califat Islamique, Islam, Maghreb.

Publicité

Laissez un commentaire

*