Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

William Shakespeare était un grand amateur de Cannabis

William Shakespeare était un grand amateur de Cannabis

shakeweed

Le dramaturge anglais William Shakespeare se droguait-il, ou ne se droguait-il pas ? Là est la question, depuis que des experts sud-africains ont révélé la présence de traces de cannabis et de cocaïne, en moindre quantité, dans des pipes à tabac supposées lui avoir appartenu. C’est ce que révèle un article du quotidien britannique The Independant, paru ce week-end.

shakespeare

Des allusions à l’herbe dans un sonnet

Les objets expertisés avaient été découverts dans le jardin de sa maison de Stratfort-upon-Avon, cette ville située au sud de Birmingham où l’auteur de Hamlet est né. Les résultats de ces analyses, menées près de 400 ans après le décès de Shakespeare, ont-ils de quoi choquer ? Apparemment, non. Francis Thackeray, directeur de l’institut de l’évolution humaine de Johannesburg et admirateur de l’écrivain, avait mené ces recherches en 2001, déjà. C’est à ce moment-là qu’il a découvert les résidus de drogue dans les pipes à tabac de l’auteur de Roméo et Juliette. Etonné – car aucune preuve n’avait encore été apportée d’une quelconque présence de marijuana au Royaume-Uni au XVIe siècle – l’anthropologiste s’est alors intéressé à l’œuvre de ce monument de la littérature. Et particulièrement au Sonnet 76 du poète, puisqu’il y fait mention du terme « weed » en anglais, pour « herbe » en français.

Une épitaphe en guise de malédiction ?

Était-il sous l’influence de la drogue, lorsqu’il écrivait ? A-t-il mené des expériences avec les différents produits, pour créer ? Pire, le chercheur sud-africain pense que William Shakespeare a pu mourir d’une overdose. C’est pourquoi, en 2011, sa curiosité ainsi piquée, Francis Thackeray a fait part de son souhait de procéder à l’ouverture de la tombe du poète, afin d’y prélever des fragments d’ongles ou de cheveux et de résoudre, peut-être, le mystère de la mort de Shakespeare, a-t-il confié à Livescience. Problème : l’auteur repose au cœur même de l’église de la Sainte-Trinité, à Stratford-upon-Avon. Sur la pierre, est gravée cette épitaphe : « Bénit soit celui qui épargnera ces pierres, et maudit soit celui violant mon ossuaire ». De quoi décourager les velléités de fouilles…

20 minutes, 10 août 2015


Publicité
Publié le 10 août, 2015 dans Histoire, Livres, Personnalités Influentes.

Laissez un commentaire