Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Jean-Marie Le Pen obtient la suspension de l’assemblée générale du FN

Jean-Marie Le Pen obtient la suspension de l’assemblée générale du FN

jm

Nouvelle victoire sur le front judiciaire pour Jean-Marie Le Pen contre sa fille. Le tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre (Hauts-de-Seine), saisi en référé par le député européen, a décidé, mercredi 8 juillet, de suspendre l’assemblée générale extraordinaire du Front national. Cette dernière – qui consiste en un vote par courrier des 51 000 adhérents frontistes à jour de cotisation – avait été convoquée le 4 mai par la direction du FN pour entériner une série de réformes des statuts, et en premier lieu la suppression de la présidence d’honneur.

« Le tribunal a estimé que le Front national n’a pas respecté ses statuts et l’invite à convoquer un congrès physique devant lequel Jean-Marie Le Pen pourra se défendre », explique au Monde l’avocat de M. Le Pen, Me Frédéric Joachim.

« Cette victoire allait d’elle-même, je ne comprends pas comment des juristes avisés ont pu s’engager sur la voie d’une persécution personnelle et politique qui se trouve condamnée dans ses procédés par la justice, a réagi Jean-Marie Le Pen sur BFMTV. Mes adversaires ont eu tort deux fois en une semaine. S’il y a un congrès véritable, j’en serai un des orateurs, c’est moi qui suis mis en cause dans une dignité qui m’a été accordée par un congrès précédent. »

Et le patriarche frontiste de lancer un message à sa fille : « On a vingt-quatre heures pour maudire ses juges, mais après il faut réfléchir et essayer de ne pas détruire l’instrument sur lequel comptent les Français pour les arracher à la décadence. »

Lire la suite sur Le Monde

Publié le 8 juillet, 2015 dans France, Justice & Forces de l'ordre, Politique & Loi.

Publicité

Laissez un commentaire

*