Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Bernard-Henri Levy : « Tchao Tsipras »

Bernard-Henri Levy : « Tchao Tsipras »

Dans son bloc-notes du « Point », Bernard-Henri Lévy revient cette semaine sur la crise grecque et la « responsabilité » d’Alexis Tsipras.

A ce plan, M. Tsipras a choisi de répondre en reprenant, là aussi, la rhétorique de l’extrême droite sur la prétendue « humiliation grecque ». Au lieu de pointer les vrais responsables de la crise que sont, entre autres, les armateurs offshorisés ou le clergé orthodoxe défiscalisé, il a repris jusqu’à la nausée l’antienne nationale-populiste sur le méchant euro étranglant l’exemplaire démocratie.

Au moment – lundi 29 juin – où j’écris ces lignes, nul ne sait comment tournera la crise grecque. Mais j’ai assez dit, ailleurs, la colère que m’inspire l’Europe sans âme d’aujourd’hui, sans projet digne de ce nom et infidèle à ses valeurs non moins qu’à ses pères et moments fondateurs, j’ai assez dénoncé l’aveuglement, à quelques notables exceptions près (Jacques Delors…), de la plupart des acteurs de l’époque sur les tours de passe-passe permettant, il y a quinze ans, l’entrée précipitée de la Grèce dans la zone euro, pour m’interdire de dire, aussi, les sentiments que m’inspire l’attitude, ces jours-ci, de M. Tsipras. Car que lui demandaient, à la fin des fins, et à ce stade de l’histoire, les représentants de ce que, dans une rhétorique qui n’est pas loin de celle de l’extrême droite grecque, il n’appelle jamais que « les institutions » ?

bhl

Un effort fiscal minimal, dans un pays où il serait temps d’entendre que disposer d’une administration solide, capable de lever l’impôt et de le répartir équitablement est, aux termes de l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, un principe élémentaire sans lequel il n’y a pas de démocratie qui tienne.

Un relèvement à 67 ans, sauf dans les métiers à haute pénibilité, de l’âge moyen de départ à la retraite comme ce sera, à plus ou moins court terme, le cas aux Pays-Bas, au Danemark, en Grande-Bretagne, en Allemagne, autrement dit dans un grand nombre des pays dont on sollicite la solidarité des citoyens (sans même parler des Etats-Unis où il y a, actuellement, débat sur le report de 67 à… 70 ans !). […]

Mais est-ce ainsi que l’on gouverne un grand pays ?

Et la Grèce ne mérite-t-elle pas mieux que ce démagogue pyromane s’alliant avec les néonazis d’Aube dorée pour faire avaler au Parlement son projet de plébiscite ? […]

Le Point ; newpress (texte intégral) via FDS


Publicité

Laissez un commentaire

*