Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Varoufakis accuse les créanciers de la Grèce de « terrorisme »

Varoufakis accuse les créanciers de la Grèce de « terrorisme »

grece-terrorisme-creanciers

Le bouillant ministre grec des Finances Yanis Varoufakis met la pression sur les électeurs à la veille du référendum crucial pour l’avenir de la Grèce au sein de la zone Euro.

« Ce qu’ils font avec la Grèce a un nom: terrorisme », accuse Yanis Varoufakis dans un entretien au quotidien espagnol El Mundo. « Aujourd’hui ce que veulent Bruxelles et la troïka, c’est que le oui gagne pour pouvoir ainsi humilier les Grecs », ajoute-t-il.

Son intervention survient après qu’Alexis Tsipras a rejoint vendredi soir 3 juillet, ses partisans qui manifestaient pour le non sur la place Syntagma, dans le centre d’Athènes, à pied depuis son bureau en fendant la foule

« Pourquoi est-ce qu’ils nous ont forcé à fermer les banques? Pour insuffler la peur aux gens. Et quand il s’agit de répandre la peur, on appelle ce phénomène le terrorisme », développe le ministre en parlant de la politique menée par les créanciers d’Athènes, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque centrale européenne (BCE) et l’Union européenne.

Le ministre des finances estime que si le oui devait l’emporter dimanche soir, « Nous aurons un accord non seulement mauvais mais absolument néfaste. Néfaste car il n’est pas tenable, parce que le volet financier est incomplet et parce qu’il ne procure aucun espoir ni incitation aux entreprises pour investir en Grèce. »

Yanis Varufakis rappelle « qu’il préfère se couper un bras plutôt que signer un accord qui ne serait pas viable. Si le oui l’emporte, je démissionnerai de mes fonctions de ministre des finances, dès la publication des résultats officiels. » […]

source via FDS

Publié le 4 juillet, 2015 dans Crise, Europe & UE, La Bourse & L'Economie, Terrorisme.

Publicité

Laissez un commentaire