Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Les Scientifiques alertent que la Terre entre dans sa 6ème phase d’extinction; Le genre humain risque de disparaître le premier

Les Scientifiques alertent que la Terre entre dans sa 6ème phase d’extinction; Le genre humain risque de disparaître le premier

Il ne fait plus aucun doute : Nous entrons dans une extinction de masse qui menace l’existence de l’humanité selon des chercheurs US, notamment des Universités de Stanford, Princeton et Berkeley, qui ont co-signé une étude.

La Terre est entrée dans la sixième phase d’extinction des espèces biologiques.

Le genre humain risque de disparaître le premier, estiment des chercheurs américains.

La Terre est entrée dans une nouvelle phase d’extinction de masse qui menace l’existence des êtres humains, indique une étude réalisée par un groupe de chercheurs américains de l’université Stanford, de l’université de Princeton et de l’université de Californie à Berkeley.

Voilà les mauvaises nouvelles au centre d’une nouvelle étude menée par un groupe de scientifiques, dont Paul Ehrlich, professeur d’études démographiques en biologie et senior fellow à l’Institut Stanford Woods pour l’environnement. Ehrlich et ses co-auteurs appellent à une action rapide pour la conservation des espèces menacées, des populations et de l’habitat, mais avertissent que la fenêtre d’opportunité se referme rapidement.

« Nous assistons à la sixième extinction de masse de la biodiversité », lit-on dans l’étude dont Science Daily a publié quelques extraits. L’étape précédente prit fin il y a 65 millions d’années avec la disparition des dinosaures.

deforestation

« [L’étude] montre sans aucun doute significatif que nous entrons maintenant dans la sixième grand événement d’extinction de masse », a dit Ehrlich.

« Si nous laissons ce processus se poursuivre, la vie mettrait des millions d’années à se rétablir, mais nos espèces biologiques seraient visiblement les premières à disparaître », estime l’un des chercheurs, Gerardo Ceballos..

Bien que plus connu pour ses positions sur la population humaine, Ehrlich a fait beaucoup de travail sur les extinctions remontant à son livre de 1981, ‘ »Extinction: Les causes et les conséquences de la disparition des espèces ». Il a longtemps lié son travail sur la coévolution, à la race, au gender , à la justice économique et à l’hiver nucléaire avec la question des populations fauniques et la disparition des espèces.

Il y a un accord général parmi les scientifiques que les taux d’extinction ont atteint des niveaux sans précédent depuis que les dinosaures se sont éteints il y a 66 millions d’années. Cependant, certains ont contesté la théorie, croyant que les estimations antérieures reposaient sur des hypothèses qui surestimaient la crise.

Selon l’étude, la phase d’extinction actuelle est 100 fois plus rapide que les périodes précédentes.

La nouvelle étude, publiée dans la revue science advance , montre que même avec des estimations très conservatrices, les espèces disparaissent jusqu’à environ 100 fois plus rapidement que le taux normal des extinctions de masse, connu comme le taux de base (« background rate. »).

« Si elle est autorisée à continuer, la vie prendrait plusieurs millions d’années à se remettre, et nos espèces disparaîtraient probablement dès le début», a déclaré l’auteur principal Gerardo Ceballos de l’Universidad Autónoma de México.

« Depuis 1990, plus de 400 espèces de vertébrés ont disparu sur la planète. Une extinction de cette ampleur prend normalement 10.000 ans », constatent les chercheurs

A l’heure actuelle, environ 41% des amphibiens et 25% des mammifères sont menacés de disparition.

« Nous soulignons que nos calculs sous-estiment très probablement la gravité de la crise d’extinction, parce que notre objectif était de placer une borne inférieure réaliste sur l’impact de l’humanité sur la biodiversité», écrivent les chercheurs.

Pour l’histoire, une population humaine en nombre croissant, une consommation par habitant qui augmente, et l’inégalité économique, a altéré ou détruit les habitats naturels. La longue liste des impacts comprend:

– Le défrichage des terres pour l’agriculture, l’exploitation forestière et la construction
– L’Introduction d’espèces envahissantes
– Les émissions de carbone responsables du changement climatique et l’acidification des océans
– Les Toxines et le poison qui modifient les écosystèmes

Maintenant, le spectre de l’extinction pèse sur environ 41 pour cent de toutes les espèces d’amphibiens et 26 pour cent de tous les mammifères, selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, qui maintient une liste officielle des espèces menacées et disparues.

« Il y a des exemples d’espèces partout dans le monde qui sont essentiellement en train de mourir, a déclaré Ehrlich.

Comme des espèces disparaissent, des services écosystémiques essentiels aussi, tels que la culture par la pollinisation et la purification de l’eau par les abeilles. Au rythme actuel de disparition des espèces, les gens vont perdre beaucoup des avantages de la biodiversité dans trois générations, les auteurs de l’étude écrivent. « Nous sommes en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis », a déclaré Ehrlich.

(Les Co-auteurs de l’étude sont Anthony D. Barnosky de l’Université de Californie à Berkeley, Andrés García de Universidad Autónoma de México, Robert M. Pringle de l’Université de Princeton et Todd M. Palmer, de l’Université de Floride.)

Sources: Science Daily / Sputnik / Résistance Authentique, le 19 juin 2015

Publié le 22 juin, 2015 dans Alimentation, Animaux, Ecologie & Nature, Société & Culture.

Publicité

Commentaires (3)

 

  1. babibel dit :

    ils ont écrit « mauvaise nouvelle » mais je ne suis pas d’accord c’est plutôt une bonne nouvelle, ça feras du bien à la planète de repartir à 0 sans les humains pour la détruire. peut-être il n’y auras plus d’espèce (supérieur) pour la détruire. j’ai mis supérieur entre parenthèse parce que on est pas supérieur mais seulement plus intelligents (quoi que) et si on réfléchit un peu on peut-être même inférieur vu qu’on est les seuls à nous auto-détruire.

  2. Aurel dit :

    d’un côté il fallait s’y attendre !!! L’homme détruit la planète

  3. angel dit :

    Bon débarras pour l’humanité, ils n’ont que ce qu’ils méritent, à trop prendre la terre pour une poubelle, ils faut en subir les conséquences.

Laissez un commentaire

*