Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

LA GRECE SUR LE POINT DE QUITTER LA ZONE EURO

LA GRECE SUR LE POINT DE QUITTER LA ZONE EURO

La Commission Européenne se prépare à un « état d’urgence » en Grèce, craignant des troubles sociaux et une pénurie de besoins élémentaires.

tsipras

Le premier ministre Grec, Alexis Tsipras, a accusé les pouvoirs des créanciers en Europe d’essayer de saboter le gouvernement démocratiquement élu en Grèce après 5 années de « pillages », alertant en des termes solennelles que le pays défendra dignement sa souveraineté, peu importe les conséquences.

L’attitude défiante est survenue après que la Commission européenne a fustigé les Grecs et a averti que le pays s’effondrerait et provoquerait un «état d’urgence», sauf si il y a un accord pour éviter un krach financier.

Le commissaire Allemand de l’UE, Guenther Oettinger, a dit que les créanciers doivent établir des plans d’urgence pour faire face aux troubles sociaux en Grèce et à une pénurie de besoins alimentaires et de médicaments dés juillet.

Dans un communiqué laconique, M. Tsipras a appelé les institutions de l’UE et le Fond Monétaire International à « adhérer au réalisme ».

Il a accusé les créanciers d’avoir des « motivations politiques » pour avoir exigé de nouvelles coupes dans les retraites, laissant entendre que leur véritable objectif est de détruire la crédibilité de son gouvernement de gauche radicale grecque Syriza et ainsi forcer un changement de régime.

« Nous ne portons pas seulement avec nous un passé historique marqué par des luttes. Nous portons la dignité de notre peuple aussi bien que les aspirations de tous les Européens. Nous ne pouvons pas ignorer cette responsabilité. Il en va de la démocratie, » dit-il. (…)

Lire la suite sur le Telegraph

Le 15 juin 2015


Commentaires (1)

 

  1. Andy Boy dit :

    Enfin un homme qui a une morale. Et des couilles…

Laissez un commentaire