Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Il ne reste que 7 ans à vivre au Web, en 2023 il va mourir

Il ne reste que 7 ans à vivre au Web, en 2023 il va mourir

Ce n’est pas là une nouvelle prédiction “catastrophe” de Nostradamus mais bien le constat de plusieurs chercheurs : le temps est compté pour l’Internet. Plus précisément pour le réseau Internet qui va saturer. Si rien n’est fait en 2023 il ne sera plus possible de transférer le nombre de données suffisantes pour couvrir les besoins mondiaux. Et c’est inquiétant.

gn-sweet-prince

La fibre optique a ses limites

Déjà en 2001 on savait que ça allait arriver… mais en 2001 on ne s’inquiétait pas : il n’y avait pas Youtube (créé en 2005), pas Facebook, pas Twitter et encore moins les divers Vine, Twitch et Instagram… Du coup quand le laboratoire de Lucent, Bell Labs, a découvert en 2001 que la fibre optique avait une limite physique de transport de données de 100 Térabits/s on se disait qu’on avait le temps, voire même que cette limite n’allait pas être atteinte.

Comme souvent, on se trompait : la demande de transfert de données a grandi exponentiellement et les chercheurs sont maintenant assez formels : on va atteindre la limite de capacité du réseau Internet mondial. Et ce dans 7 ans si rien n’est fait.

“Dans les laboratoires de recherches, nous en arrivons au point où nous ne pouvons plus accroître le nombre de données pour une même fibre optique” selon le Professeur Andrew Ellis, de l’Université d’Aston à Birmingham. Seule solution : “proposer des idées vraiment radicales“. Mais pour l’instant il n’y en a aucun.

Et on va manquer d’électricité

Pour résoudre le problème des données, c’est simple : soit on révolutionne les réseaux de manière radicale (un “breakthrough” en science), soit on multiplie le nombre de fibres optiques dans le monde. Ce sera cher, certes, mais ça paraît une bonne solution.

Ça “paraît”… car ce n’en est pas une. Selon le professeur Ellis la multiplication des réseaux ne va que transférer le problème : “Si nous devons entretenir plusieurs réseaux en fibre optique, nous viendrons à manquer d’électricité d’ici 15 ans“. En gros : multipliez les réseaux et vous n’aurez pas assez d’énergie pour les faire fonctionner.

Et ce n’est pas si étonnant que ça quand on sait qu’Internet consomme 2% de la production mondiale d’électricité pour son fonctionnement : plus de 9 milliards de dollars par an et l’équivalent de la production de plus de 40 centrales nucléaire ; et tous les quatre ans cette consommation double.

Pour les pays industrialisés Internet consomme une bonne partie de leur énergie : au Royaume-Uni c’est 16% de la consommation globale du pays.

Les chercheurs britanniques vont donc se réunir le 11 mai 2015 pour réfléchir à des solutions… sans aucune garantie de réussite.

Economie Matin via Fortune


Publicité

Commentaires (3)

 

  1. ced dit :

    Mais tant mieux !!!! Les gens n auront plus la tête plongée dans leur téléphone, retour a la discution au dialogue, plus de combat avec les enfants pour les heures de tablettes. … j ai hâte ! !!! Et puis ca sera bien chier nos gouvernements….ils pourront plus nous tracer, la pub ne pourra plus cibler. ….que du bonheur !!!

  2. shikiboun dit :

    Oui certains ne vont pas survivre, surtout que maintenant on fait tout par internet, on gère ses comptes, on déclare ses impots etc…

  3. les nationnalistes 2 dit :

    on va revenir comme dans l’ancien temps certain ne vont pas reussir a vivre 🙂

Laissez un commentaire

*