Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Une nouvelle étude montre que la plupart des hommes européens descendent d’une poignée d’ancêtres

Une nouvelle étude montre que la plupart des hommes européens descendent d’une poignée d’ancêtres

Une étude génétique identifie de récentes lignées paternelles en Europe.

archeo

Dans une étude financée par le «Wellcome Trust», les généticiens de l’Université de Leicester ont séquencé l’ADN des chromosomes Y de 334 hommes provenant de 17 populations d’Europe et du Moyen-Orient.

En utilisant à la fois de nouvelles méthodes d’analyse des variations de l’ADN et la chronologies des événements des populations, l’équipe, dirigée par Mark Jobling et Chiara Batini, a constaté que deux hommes européens modernes sur trois descendent de seulement trois lignées paternelles qui partent de l’arbre généalogique des chromosomes Y européens.

L’étude suggère également que cette explosion de la taille de la population masculine a eu lieu il y a entre 2000 et 4000 ans.

« L’expansion de la population s’inscrit dans l’âge du bronze, qui entraîna des changements dans les pratiques funéraires, la propagation de l’équitation, et des développements en matière d’armement.

Les mâles dominants liés à ces cultures pourraient être responsables des modèles de chromosome Y que nous voyons aujourd’hui « , a déclaré Jobling dans un communiqué de presse.

On pensait à partir d’études génétiques précédentes que l’expansion de la population avait eu lieu à une époque antérieure. « Compte tenu de la complexité culturelle de l’âge du bronze, il est difficile de lier un événement particulier à la croissance de la population que nous supposons. Mais les séquences d’ADN de chromosomes Y de restes squelettiques sont désormais disponibles, ce qui nous aidera à comprendre ce qui est arrivé, et quand « , a ajouté Batini.

Pour en apprendre d’avantage sur la première grande civilisation du bronze de l’Europe, lire «Les Minoens de Crète».

Archaeology.org


Publié le 24 mai, 2015 dans Archéologie, Génétique, Histoire, Science.

Laissez un commentaire