Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le Pape dénonce courageusement l’industrie de la Mort

Le Pape dénonce courageusement l’industrie de la Mort

vatican-standard

Le pape François estime que « les puissants de ce monde ne veulent pas de la paix. Ils vivent grâce à l’industrie des armes ». Une vision complotiste insoutenable !

Le souverain pontife s’est adressé aux 7 000 enfants de la Fabbrica della Pace. Il s’est exprimé en ces termes : « La cupidité, cette volonté d’avoir toujours plus d’argent, nous fait énormément de mal… Un vieil homme que j’ai connu il y a quelques années disait que le diable entre par le portefeuille. Tant de personnes puissantes dans ce monde ne veulent pas de la paix, car ils vivent des guerres au travers de l’industrie de l’armement ».

Le pape François dénonce ainsi cet état de fait, au travers de réponses à treize questions formulées par 7 000 enfants dans la salle Paolo VI du Vatican.

Il est très grave de constater que certains puissants de ce monde gagnent leur vie en fabriquant des armes. C’est une industrie de la mort ; ils gagnent de l’argent parce qu’ils vendent des armes aux pays en guerre.

Le pape François a ensuite invité les enfants à répéter avec lui, à plusieurs reprises : « Là où l’injustice sévit, la paix n’est pas possible ».

Nous sommes tous égaux, mais on ne nous reconnaît pas cette égalité. Nous avons tous les mêmes droits. Et si quelque part dans le monde il n’en est rien, alors il y a là une injustice manifeste.

Le Pape a ensuite insisté sur le fait que « la Paix n’est pas un produit industriel ; c’est un produit artisanal que l’on construit chaque jour qui passe, en allant de l’avant afin que le monde soit plus juste, qu’il n’y ait plus d’enfants affamés et malades car souffrant de malnutritions et d’absence de soins ».

Bergoglio a également pointé du doit « le système économique qui tourne autour de l’argent et non de l’être humain. La cupidité, cette envie d’avoir toujours plus d’argent, nous fait énormément de mal. Un vieil homme que j’ai connu me disait, il y a quelques années, que le diable entre par le portefeuille ».

Par ailleurs, le Pape s’est exprimé en faveur des prisonniers, et en particulier de ceux qui sont condamnés à perpétuité. Selon Bergoglio, il s’agit d’une « peine de mort » pure et simple :

Lorsque l’on vous dit qu’une personne est en prison, mettez-vous toujours à la place de cette personne. Nous pouvons tous commettre des erreurs. Ne condamnons jamais une personne ! Résoudre les problèmes avec la solution de la prison, c’est une manière très confortable d’oublier la personne qui souffre. Il ne faut pas condamner à mort une personne qui a commis une erreur. Il est plus facile de remplir les prisons que d’aider ceux qui ont commis une erreur dans leur vie. C’est là la signification du pardon : aider ceux qui ont commis une erreur à se réinsérer dans la société. Comme le dit un chant alpin : l’important, ce n’est pas de ne jamais tomber, mais de savoir se relever.

Le pape François a condamné à plusieurs reprises la prison à perpétuité, mais a également sensibilisé la société à œuvrer en faveur de la réinsertion des détenus. Au cours de ses deux ans de règne au Vatican, il s’est déjà exprimé à neuf reprises en faveur des détenus. Ses 9 interventions sont notamment reprises dans un livre : Anche il Signore è un carcerato (Même le Seigneur est un prisonnier, Libreria editrice vaticana), dont la rédaction a été confiée à don Giuseppe Merola. Bergoglio a également insisté sur le fait qu’il n’existe « pas de réponse à la souffrance des enfants », précisant au passage qu’il n’aime pas « parler d’enfants handicapés, mais bien d’enfants dotés de capacités différentes ».

Concernant sa fatigue, le Pape a confessé qu’il voudrait « pouvoir se reposer davantage, bien souvent, mais qu’être avec le peuple ne me dérange pas du tout ». « Ce qui me dérange, c’est l’absence d’amour. Moi-même, j’ai parfois eu des moments de discorde. Et il m’arrive encore d’en avoir. Mais j’essaie toujours de faire la paix et d’être en bons termes avec tout le monde ».

Source : Il Fatto, traduction par Quenel+


Publié le 16 mai, 2015 dans Christianisme, Conflits & Guerres, Monde, Vatican.

Commentaires (1)

 

  1. tom dit :

    Bouh le mechant pape noir..quelle rigolade!

Laissez un commentaire