Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Rokhaya Diallo : « Dans l’inconscient collectif français, les gens qui ne sont pas blancs viennent d’un autre pays »

Rokhaya Diallo : « Dans l’inconscient collectif français, les gens qui ne sont pas blancs viennent d’un autre pays »

A l’occasion de la journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage, dimanche 10 mai, Paris-Match a rencontré Rokhaya Diallo, née de parents sénégalais et gambien, militante fondatrice de l’association « Les Indivisibles », journaliste et écrivain. Elle rappelle que « le passé colonial et esclavagiste de notre pays contribue au manque de visibilité actuel des personnes noires en France ».

Je me bats pour que les femmes puissent disposer de leur corps c’est-à-dire se voiler ou se prostituer.

La reconnaissance de l’esclavage comme « crime contre l’humanité » en 2001 et la journée de commémoration instaurée le 10 mai, sont-elles des avancées satisfaisantes pour vous ?

Je me félicite que la France ait été le premier pays à reconnaître l’esclavage et les traites négrières comme un crime contre l’humanité sous l’impulsion de Mme Taubira et des collectifs qui avaient défilé en 1998. Cela place l’esclavage là où il est : un crime d’ampleur internationale auquel la France a pris une large part puisque les traites négrières y ont duré 400 ans et ont fait entre 60 et 70 millions de morts. Il ne faut pas oublier que pour un esclave arrivé vivant, il fallait compter six morts. Il s’agit donc de reconnaître le passé d’une grande partie de nos concitoyens d’Outre-Mer que l’on a tendance à oublier. Pour autant, je regrette que la loi ne prévoie pas de dispositions en cas de négationnisme de l’esclavage. Ce fut une opération d’ordre génocidaire. Que l’on puisse la remettre en cause sans être inquiété pose vraiment des questions. […]

Vous parlez d’un « racisme atmosphérique ». Comment se manifeste-t-il ?

En France, on a encore l’image d’un pays qui reste blanc où les citoyens non blancs sont quelques parts des accidents ou des présences marginales alors qu’ils sont de plus en plus nombreux.

Au quotidien, les personnes noires, arabes ou asiatiques déplorent le fait qu’ils sont toujours questionnés sur une provenance, ils sont perçus comme des gens qui viendraient d’ailleurs et qui ne seraient pas possiblement français. Dans l’inconscient collectif français, les gens qui ne sont pas blancs viennent d’un autre pays. Les contrôles au facies sont également encore très nombreux. […]

Rokhaya-Diallo

Pourquoi en est-on encore là en France en 2015 ?

On a beaucoup de mal à formuler la présence de minorités ethno-raciales en France. Certains pays comme le Royaume-Unis ou les États-Unis n’ont aucune difficulté à considérer leurs minorités noires comme des citoyens à part entière. Nous, on vit dans une espèce de tabou, de mythologie républicaine selon laquelle il n’y aurait pas de couleur, l’universalisme républicain donnerait des citoyens français qui seraient au-delà de leur couleur de peau. Être aveugle aux couleurs de peaux, ça rend aveugles aux conséquences à savoir au racisme et aux discriminations. Je crois que l’assimilation est un mythe. On ne peut pas demander aux gens de se rendre invisibles sous prétexte d’assimilation. De plus en plus de noirs n’ont pas honte d’être qui ils sont : de porter leurs cheveux crépus, d’être noirs foncés, ni de porter des prénoms africains. L’autre problème c’est que les politiques anti-racistes sont totalement inexistantes. […]

Paris-Match


Publicité
Publié le 11 mai, 2015 dans France, Immigration, Multiculturalisme, Société & Culture.

Laissez un commentaire