Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Incendies de forêts alarmants près de Tchernobyl

Incendies de forêts alarmants près de Tchernobyl

Par Stephen Lendman,

Des feux de forêts font rage en Ukraine, dangereusement proches de Tchernobyl. Le ministre de l’intérieur ukrainien, Arsen Avakov, a dit que les conditions « empiraient ».

« Les feux de forêt se dirigent vers les installations de Tchernobyl », a-t-il déclaré. Les cimes d’arbres enflammées et de fortes rafales de vent ont créé un danger réel d’extension du feu dans une zone située à 20 kilomètres de la centrale nucléaire ».

« Il y a environ 400 hectares de forêts dans la zone menacée. La garde nationale et les forces du ministère de l’intérieur ont été mises en alerte de combat. »

Le 26 avril 1986, l’accident de Tchernobyl fut à son époque la pire catastrophe nucléaire – seulement dépassée par celle de Fukushima le 11 mars 2011.

L’experte en nucléaire Helen Caldicott en a parlé comme étant « de nombreuses fois pires que Tchernobyl par ordre de magnitude ».

Les effets des deux catastrophes se font toujours sentir. Une étude de 2009 de l’Académie des Sciences de New York [NYAS en anglais] a dit que Tchernobyl avait tué aux environs d’un million de personnes. Les chiffres de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA), qui parlent d’environ 4000 décès, ont été fabriqués pour minimiser le désastre.

cata-tcherno

La NYAS a dit :

« C’est une collection d’articles traduits du russe avec des contributions révisées et des mises à jour ».

« Écrit par des autorités éminentes de l’Europe de l’est, le volume expose les grandes lignes de l’histoire de la santé et des conséquences environnementales de la catastrophe de Tchernobyl ».

« Selon les auteurs, les discussions officielles de l’AIEA et des agences associées (Nations-Unies) ont largement sous-estimé ou ignoré de nombreuses découvertes rapportées dans la littérature scientifique de l’Europe de l’est et elles ont donc péché en omettant ces évaluations ».

Selon Greenpeace Russie, « un énorme feu de forêt catastrophique est en cours dans une zone de 30 km autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl ».

« En se basant sur les images satellite, nous estimons la superficie réelle du feu à 10.000 hectares. Ce qui n’a pas encore été reconnu officiellement. »

L’éminent expert britannique en nucléaire, Chris Busby, explique que le grave danger que posent les incendies provient de la propagation des contaminants radioactifs sur une vaste zone. Il dit :

« Certains des matériaux qui ont contaminé cette région ont été incorporés dans le bois des forêts ».

« En d’autres mots, ils se sont introduits dans le sol en 1986 et ont été absorbés par les arbres et par toute la biosphère ».

« Et en cas d’incendie, ils sont juste remis en suspension. C’est comme un nouveau Tchernobyl ».

« Tous ces matériaux qui sont tombés sur le sol seront maintenant soulevés par le feu et répandus dans l’air et ils pourront passer dans le système respiratoire. »

En 1953, le futur lauréat du Nobel de physiologie et de médecine, George Wald, a dit « qu’il n’existait pas d’énergie nucléaire inoffensive ». Il a qualifié ses dangers de « intolérables, totalement inacceptables ».

Il a appelé à « faire stopper dès demain toutes les centrales nucléaires ». Le faire aujourd’hui est plus urgent que jamais en raison de leurs risques inhérents.

Helen Caldicott insiste en disant :

« En tant que médecin, j’affirme que la technologie nucléaire menace notre planète d’extinction ».

« Si la tendance actuelle se poursuit, l’air que nous respirons, la nourriture que nous mangeons, et l’eau que nous buvons seront bientôt contaminés avec suffisamment de polluants radioactifs pour entraîner des risques de santé potentiels bien plus grands que tous les fléaux vécus par l’humanité ».

La catastrophe de Fukushima en cours l’explique. De même que le cauchemar de Tchernobyl – qui fait remonter à la surface ce qui n’a jamais disparu.

Einstein a dit un jour que « la fission de l’atome a tout changé sauf le mode de pensée de l’humanité ».

L’énergie nucléaire était pour lui « une manière infernale de faire bouillir de l’eau ». Elle crée de la vapeur radioactive.

Des catastrophes sont inévitables. L’ingestion de particules radioactives comme celles qui sont répandues à la suite des incendies actuels près de Tchernobyl risque d’occasionner une épidémie de cancers plus importante qu’auparavant en Europe.

Le professeur de biologie moléculaire, John Goffmann, disait autrefois que « l’industrie nucléaire partait en guerre contre l’humanité ».

« Donner une autorisation de centrale nucléaire est à mon avis autoriser des meurtres prémédités aléatoires ».

Les radiations produisent le cancer, soulignait-il – même une minuscule quantité trop petite pour être vue à l’œil nu. » D’autres Tchernobyl et d’autres Fukushima sont virtuellement assurés. Ce n’est qu’une question de temps.

La planète Terre est systématiquement irradiée. Des signaux d’alarme comme les incendies de forêts qui font rage près de Tchernobyl et répandent des radiations restent lettre morte.

Même si les gouvernants du monde décident un jour d’agir en responsables, il sera trop tard. Le poison des radiations n’accorde pas de pardon.

Source: Bistro Bar Blog, le 1er mai 2015


Publicité
Publié le 3 mai, 2015 dans Catastrophes Ecologiques, Europe & UE, Santé.

Laissez un commentaire