Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

WikiLeaks publie les données volées de Sony Pictures

WikiLeaks publie les données volées de Sony Pictures

wikileaksony

Le site spécialisé dans la divulgation de secrets diplomatiques a diffusé jeudi 30’287 documents et 173’132 e-mails du studio américain. Julian Assange justifie «l’intérêt public» pour ces données, cinq mois après le piratage spectaculaire de Sony

Le coup est dur pour Sony. Cinq mois après le scandale du piratage spectaculaire dont il a été victime, WikiLeaks a annoncé la publication jeudi des archives du studio américain. Dans un communiqué, le site spécialisé dans la divulgation de secrets diplomatiques précise la mise à disposition, via un moteur de recherches, de 30’287 documents de Sony Pictures Entertainment (SPE), ainsi que 173’132 e-mails.

Julian Assange, cofondateur de WikiLeaks, justifie «l’intérêt public» pour ces données qui «montrent les rouages d’une multinationale influente». Le hacker australien promet d’assurer que ces documents privés restent dans le domaine public.

C’est en novembre 2014 que ces données ont été diffusées une première fois par les médias à la suite du piratage massif de Sony Pictures Entertainment (SPE) – filiale nippone de Sony. Elles comprenaient les informations personnelles et le détail des correspondances électroniques de 47’000 employés du studio, dont des stars hollywoodiennes. Au total, il s’agissait de plus de 100’000 gigaoctets de données dérobées dans les systèmes internes du groupe.

Les cybercriminels avaient ainsi exigé que Sony Pictures Entertainment renonce à la diffusion de «L’interview qui tue!», film parodique sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Sony avait finalement décidé de limiter la sortie du long-métrage.

Le studio américain a immédiatement condamné la rediffusion, par WikiLeaks, de ces données volées. Il accuse le site de Julian Assange de collusion avec les cybercriminels à l’origine du piratage. Celui-ci avait révélé entre autre les e-mails à caractère racistes rédigés par Amy Pascal sur Barack Obama. La directrice de Sony Pictures avait été contrainte à la démission en février 2015.

Letemps.ch

Publié le 17 avril, 2015 dans Big Brother, Cyber Guerre, Wikileaks.

Publicité

Laissez un commentaire

*