Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Un virus qui rend stupide a infecté la moitié de l’humanité

Un virus qui rend stupide a infecté la moitié de l’humanité

Bien qu’il se rapproche très fortement de la zombie apocalypse, mais qu’il est plus intéressant que la toxoplasmose (qui peut avoir infectée 1 tiers de l’humanité), un nouveau virus se développant dans les algues semble avoir un impact très négatif sur les capacités cognitives de ceux qui vivent à proximité de la mer ou d’un océan.

virus-stupide

C’est actuellement assez révolutionnaire, tout d’abord car c’est le tout premier exemple d’un virus qui saute d’un royaume à un autre, entre plantes et animaux. Le virus, appelé ATCV-1, qui a d’abord été présenté dans des essais de tissus cérébraux humains il y a plusieurs années de cela, est supposé avoir envahi le tissu après la mort des patients. Cette hypothèse post-mortem a été rapidement défaite quand le virus a commencé à apparaître dans les gorges de personnes atteintes de maladies psychiatriques.

Le spécialiste des maladies infectieuses Robert Yolken fr, de la Johns Hopkins University School of Medicine à Baltimore, dans le Maryland, et ses collègues ont enquêté sur ce pathogène qui joue un rôle dans les troubles psychiatriques. Au début, ils ne savaient pas ce qu’était ATCV-1, mais une recherche de base a exposé son identité comme un virus qui infecte généralement une espèce d’algues vertes d’eau douce.

Une étude de suivi de 92 personnes en bonne santé a constaté que 43% d’entre elles étaient infectées par le virus, et qu’il a été associé à une baisse du fonctionnement cognitif d’environ 10%. Afin de s’assurer que c’était bien plus qu’une corrélation, et non un lien de causalité, les expériences cognitives ont été répétées avec des souris (qui réduisent encore le nombre de variables complexes, et des différences génétiques quand il s’agit d’un homme ou d’une femme). De manière ahurissante, la réduction de 10% des capacités cognitives a été reproduite avec exactitude chez les souris (qui mettent plus de temps à s’échapper d’un labyrinthe, et moins de temps à enquêter sur un nouvel objet), tout en révélant que l’infection par ACTV-1 a transformé les niveaux d’expression de 1300 gènes trouvés dans les tissus cérébraux!

(…)

Donc ceci explique cela.

Source: Before It’s News, le 2 Avril 2015

Publié le 3 avril, 2015 dans Psychologie, Santé, Science, Société & Culture.

Publicité

Commentaires (2)

 

  1. poupi dit :

    @don : T. gondii (et pas Gondi) n’est pas une bactérie !!

  2. Don dit :

    Ce fait notoire se rapproche des effets débilitants des bactéries T_Gondi (maladie des griffes du chat) & Borellia Burgonferi (maladie de Lyme) qui induisent aussi des effets crétinisants ainsi qu’un nombre sidérant de troubles psychiatriques du comportement (de nature dépressive entre autres).

    Le problème, c’ est que les Pouvoirs Publics & son ministère de la « santé » semblent traiter ce grave problème de santé….par dessus la jambe! Après tout, ces bactéries sont de grande pourvoyeuses de clientèle pour Big pharma……

Laissez un commentaire

*