Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le grand collisionneur du CERN relancé fin Mars pour étudier la « particule de Dieu »

Le grand collisionneur du CERN relancé fin Mars pour étudier la « particule de Dieu »

lhc

Le grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus puissant accélérateur de particules au monde, qui a notamment permis de confirmer l’existence du boson de Higgs, va redémarrer après deux ans d’arrêt pour cause de maintenance, a annoncé le CERN ce jeudi 12 mars.

Lors de cette deuxième phase de fonctionnement, la machine sera exploitée à un niveau d’énergie jamais encore atteint.

Il s’agit presque d’un nouvel accélérateur, a fait savoir devant la presse le directeur général du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) Rolf Heuer. Jusqu’à présent, le LHC avait produit des collisions de 8 TeV (tera-électron-volts). Dans un futur proche, les collisions entre protons s’élèveront à 13 TeV.

Cette montée en puissance du LHC provoque beaucoup d’excitation au sein de la communauté scientifique. Les physiciens sont persuadés qu’elle mènera à de nouvelles découvertes sur la matière et permettra de lever le voile sur certains mystères de l’Univers. Ils ignorent cependant le temps que prendront leurs recherches.

Produire de nouvelles particules

Plus d’énergie signifie la production, lors des collisions, de particules avec une masse plus élevée qui n’ont jamais été détectées à ce jour. C’est aussi l’occasion de créer de nouveaux états de la matière. Malgré les progrès dans le domaine de la physique des particules, les questions restent en effet encore nombreuses.

Les physiciens espèrent notamment grâce au LHC connaître un peu mieux cette matière noire invisible et cette énergie noire qui composent la majeure partie de l’Univers. Les scientifiques ne «voient» pour l’instant cette étrange matière qu’au travers de ses effets gravitationnels. Sa nature demeure une énigme.

Cette deuxième phase d’exploitation du LHC durera jusqu’en 2018. L’accélérateur, qui a coûté plus de 6 milliards de francs, doit en effet subir tous les trois ans une révision complète, qui dure entre une et deux années, a expliqué M. Heuer. La machine sera ensuite remise en fonction pour une nouvelle période de trois ans.

Un bijou de technologie

Le LHC, qui se trouve dans un anneau de 27 kilomètres de circonférence à 100 mètres sous terre, est une machine extrêmement complexe composée d’aimants supraconducteurs très puissants. «Nous devons faire extrêmement attention lors du redémarrage», a expliqué le directeur des accélérateurs du CERN, Frédérick Bordry.

Lors de ces prochaines semaines, les physiciens vont augmenter progressivement l’intensité des faisceaux de protons envoyés dans l’accélérateur. Si tout fonctionne comme prévu, les premières collisions de protons auront lieu dans deux mois. Une nouvelle ère s’ouvrira alors pour la science de l’infiniment petit.

Dans l’inconnu

«Si la nature est généreuse avec nous, les découvertes pourraient se produire assez rapidement», a déclaré M. Heuer. Mais il est aussi possible qu’il faudra des années de recherches et d’expériences pour aboutir à une avancée. Les scientifiques sauront en tous les cas être patients. Le LHC pourra en effet être exploité jusqu’en 2035.

Personne ne sait ce que le LHC porté à pleine puissance permettra de découvrir, même si les scientifiques ont des pistes, en travaillant notamment sur la base du Modèle standard, qui explique de manière convaincante jusqu’à ce jour comment agissent les particules de matière ainsi que leurs forces. Mais les physiciens doivent aussi être prêts à ouvrir une fenêtre sur «l’inattendu».

Les Chroniques de Rorschach

Publié le 18 mars, 2015 dans Grand collisionneur de hadrons (LHC), Science.

Publicité

Commentaires (2)

 

  1. Moon dit :

    Ils risquent peut être de découvrir la « particule de dieux », mais si au contraire, ils découvrent la « particule du diable », on aura même pas le temps de s’en apercevoir …

  2. Moon dit :

    Quand on écoute nos chers physiciens, qui nous disent qu’il n’y a aucun risque, moi ça me fait bien rire !
    Ils ne savent encore rien sur rien, nous parlent de nouvelles particules hypothétiques, dont ils ne savent encore rien, sont incapables de savoir ce que sont matière noire et énergie noire et sont incapables de conceptualiser ce qu’il se passe vraiment à l’intérieur d’un trou noir, à l’heure actuelle.
    Le big bang est une vaste fumisterie crée pour masquer leur incapacité à comprendre ce qu’il s’est passé au début d’un univers qui n’a peut être d’ailleurs pas de début, ni de fin …
    Alors oui, ils jouent bien aux apprentis sorciers, ils avancent dans l’inconnu et ne savent rien de ce qu’il risque de ce passer …
    Ils se basent sur leur équations, mais leurs équations ne valent rien, car leur connaissance des phénomène quantiques est largement incomplète ! Alors comment peuvent t’ils affirmer que leur équations sont exactes ? Alors qu’ils ne savent pas tout à ce jour …
    N’ayez pas peur, nous ne savons pas du tout si vous ne risquez rien, mais on tente quand même, alors, n’ayez pas peur !
    Moi je vois ce LHC et ceux qui le pilotent, d’un très mauvais œil …
    Cette expérience devrait être stoppée, le temps d’y voir un peu plus clair, sur le monde qui nous entoure, car là, on a à faire à une belle bande de savants fous !

Laissez un commentaire

*