Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Kaboul a versé de l’argent de la CIA à Oussama Ben Laden

Kaboul a versé de l’argent de la CIA à Oussama Ben Laden

ben-laden

En 2010, pour la libération d’un diplomate afghan, l’ennemi public numéro un des États-Unis a reçu un million de dollars provenant initialement de la CIA.

Quand l’argent de la CIA finit entre les mains d’Al Qaida, cela jette une lumière crue sur les dérives de la lutte antiterroriste. La rocambolesque histoire, révélée par le New York Times, commence en 2008 à Peshawar au Pakistan lorsque le consul général afghan Abdul Khaliq Farahi est enlevé, avant d’être remis à Al Qaida. La mouvance terroriste est alors dirigée par Oussama Ben Laden, reclus dans sa villa d’Abbottabad au Pakistan, inlassablement traqué par les grandes oreilles américaines.

Finalement, les négociations pour la libération du diplomate aboutissent deux ans plus tard, en 2010. Farahi retrouvre la liberté contre le paiement d’une rançon de 5 millions de dollars à Al Qaida versée par le gouvernement de Kaboul. L’ennemi public numéro un des Etats-Unis mène les pourparlers depuis sa planque pakistanaise. Mais tout au long des discussions, Ben Laden se montre terriblement méfiant. Il redoute tout d’abord que la CIA ait été mise dans la boucle. Puis, il craint que l’argent de la rançon ait été empoisonné, irradié voire même muni d’un dispositif de repérage par les services américains pour leur permettre de remonter jusqu’à sa planque ultra secrète. Ben Laden ira même jusqu’à demander que la rançon soit convertie dans une autre monnaie, avant de se laisser convaincre qu’une très importante somme d’argent même en dollars ne se refuse pas…

Ce que le chef d’Al Qaida ignorait c’est qu’un cinquième de l’argent qu’il a empoché – soit un million de dollars – provenait en fait d’un fonds secret du gouvernement afghan, alimenté par la Centrale de renseignements américaine. Cet argent versé au président Hamid Karzaï servait, selon le New York Times, à monnayer le soutien des chefs de guerre ou des députés afghans, ou bien à financer des missions clandestines et à héberger de hauts responsables.

Lorsque le commando des Navy Seals a réussi à tuer Ben Laden en mai 2011, des éléments des forces spéciales américaines ont récupéré des lettres qui évoquaient cette affaire dans la villa de Ben Laden. Ces documents ont été présentés comme des pièces à conviction lors du procès d’Abid Naseer, un Pakistanais reconnu coupable, il y a dix jours à New York, d’un projet d’attentat contre un centre commercial de Manchester en Grande-Bretagne.

Selon des sources afghanes interrogées par le New York Times, les versements de la CIA au gouvernement afghan auraient diminué depuis l’arrivée à la tête de l’État d’Ashraf Ghani, en septembre dernier.

Le Figaro

Publié le 17 mars, 2015 dans Etats-Unis, Terrorisme.

Publicité

Laissez un commentaire

*