Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La CEDH valide la vente d’enfant

La CEDH valide la vente d’enfant

bogofre A propos de l’arrêt CEDH du 27 janvier 2015 dans l’affaire Paradiso et Campanelli contre l’Italie La Cour européenne des droits de l’homme a condamné cette semaine l’Italie pour avoir retiré à un couple l’enfant qu’il a acheté 49.000 euros, et à lui verser 30.000 euros de dommages.

En mars 2011 à Moscou, un couple a acheté un enfant auprès d’une société spécialisée dans la GPA. L’acte de naissance de l’enfant indiquait qu’il était le fils du couple italien. De retour en Italie, la transcription de l’acte de naissance russe dans l’état civil italien fut refusée. Une enquête fut ouverte et un test ADN prouva que l’enfant n’avait aucun lien génétique avec le couple.

L’enfant a été purement et simplement produit sur commande et vendu.

La société explique avoir acheté des gamètes humains puis loué une mère porteuse, ce qui ne serait pas illégal en Russie. Les juges italiens, constatant la violation des normes sur l’adoption internationale et de l’ordre public italien, décidèrent – dans l’intérêt de l’enfant – de le retirer de ses acquéreurs pour le confier à l’adoption. Saisie par le couple, la Cour de Strasbourg a jugé – par cinq voix contre deux – que l’Italie pouvait refuser de reconnaître la filiation établie en Russie, mais que le retrait de l’enfant a porté atteinte à la vie privée et familiale du couple. Les autorités italiennes auraient dû le leur laisser, au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant. La Cour n’indique pas quel aurait alors dû être son état civil.

lire la suite de l’article

Publié le 12 février, 2015 dans Europe & UE, Jeunesse, Société & Culture.

Publicité

Commentaires (2)

 

  1. B. DURAND dit :

    Le monde n’est jamais tombé aussi bas qu’aujourd’hui, la vie même, alors que c’est un cadeau de Dieu, et devenu une marchandise comme une autre.

    Prions de toute notre foi pour que le désordre morale disparaisse.

  2. Enmeduranna dit :

    Triste devenir de l’humanite, que de devenir une sorte d’extension du patrimoine foncier… Que reste t’il de sacre, a la fonction procreatoire, pinnacle de l’amour entre deux etres complementaires, si celle-ci est deleguee a de vulgaires substituts? S’ agit-il seulement pour certains d’assouvir une marotte, disposer d’un jouet carne en lieu et place d’ enfant? Quelle beaute a vivre une parente de theatre, le sang etranger ou mele temoignant de la concretisation d’une aberration a chaque instant? Je ne vois plus que le triomphe d’un hubris odieux, palliatif qu’une generation de technocrates se sont evertues a vanter en consequence des erreurs de leurs homologues passes… En verite, ils ont assassine l’Amour, puis cracher sur sa signification profonde pour n’en faire de son produit qu’une enieme part de marche…

    Vers ou sommes nous en train de nous diriger… Au secours…

Laissez un commentaire

*