Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Un cours pour démonter les théories du complot au lycée (vidéo)

Un cours pour démonter les théories du complot au lycée (vidéo)

Confrontés aux doutes de leurs élèves sur la réalité des attentats du 7 janvier contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo, deux enseignants de région parisienne ont décidé de décortiquer en classe les théories du complot.

rien-nest-sur « On a eu des confusions à cause d’Internet qui transmettait de mauvaises informations ou qui donnait d’autres idées, qui nous faisait douter en fait… Il y a en qui disent que c’était un complot, que le policier à l’entrée de Charlie Hebdo, il n’a pas été tué », raconte Hanane, élève de seconde du lycée Paul-Eluard à Saint-Denis.

Face à ces discours, « les leçons de morale “descendantes” ne servent à rien : il faut partir des discours des élèves, de leur pratique des réseaux sociaux », estime Guillaume Gicquel, professeur d’histoire-géographie. Avec Anne Pellegrini, sa collègue de français, il a donc proposé aux élèves de regarder et analyser en classe des vidéos trouvées sur Internet ou Facebook.

« A quoi a-t-on affaire ? Allez, je vous aide : c’est comme au théâtre. Une mise en scène, exactement. Que remarquez-vous d’autre ? Quel est le temps utilisé ? Le conditionnel. Et quelle expression est répétée souvent ? “Soi-disant”. Quel est le but ? Quel est l’intérêt de poser une série de questions sans donner la réponse ? », interroge l’enseignante à la fin de la première vidéo. Sélène prend la parole : « Pour nous mettre le doute, mais quand il parle là, il me remet le doute ! » Réaction de son enseignante : « Donc, c’est très efficace ! »

Tout est passé au crible, avec méthode : l’anonymat du locuteur, l’effet de dramatisation suscité par la musique, la focalisation sur des détails… Anne Pellegrini prend soin de faire le lien avec des études de texte récentes qui ont permis aux élèves de se familiariser avec la rhétorique, la différence entre « conviction » et « persuasion », les structures narratives, etc.

Comme le reconnaît une élève, si le discours complotiste est aussi efficace, c’est qu’il donne l’illusion qu’on « pense par soi-même ». Et à un âge où l’on conteste volontiers la parole des adultes, il est porteur d’une charge transgressive. « Il y a le discours scolaire mais, pour les élèves, la vérité est ailleurs, souligne Anne Pellegrini. C’est pourquoi il m’est apparu important de prendre au sérieux les théories du complot. »

Gilbert a lui déniché une vidéo, réalisée par le quotidien 20 minutes, qui démonte point par point les arguments complotistes. L’occasion de faire de « l’éducation aux médias, d’expliquer en quoi consiste le travail des journalistes, le croisement des sources, la vérification ».

Après la pause, une autre vidéo projetée met en cause, cette fois, l’authenticité d’une conversation téléphonique, diffusée par BFM-TV, entre un journaliste et Chérif Kouachi, un des tueurs de Charlie Hebdo. Malgré le travail de mise à distance accompli, beaucoup d’élèves se demandent « comment peut-on être sûr que c’est bien Kouachi au bout du fil ? ».

Pour Guillaume Gicquel, « l’esprit critique, ça se travaille tout le temps ». Avec une pointe de découragement, il décrit des élèves aux opinions versatiles, « tiraillés entre les multiples discours qu’ils peuvent entendre ». Les deux enseignants prévoient la création d’un blog, pour sensibiliser les élèves aux contraintes et responsabilités – y compris juridiques – attachées à une « écriture publique ». « Aujourd’hui, la crédibilité de l’enseignant, elle se gagne, notamment par la confiance », confirme Anne Pelligrini. Pour elle, « ce travail, il est à faire partout, pas seulement à l’école ».

Le Monde

Publié le 11 février, 2015 dans Conspirations & Complots, Education, Vidéos.

Publicité

Commentaires (4)

 

  1. Frédéric Mercier dit :

    Ces profs seront crédibles quand ils décortiqueront AUSSI les informations (et désinformations) des « grands médias officiels ».
    Sinon ils ne font que servir un camp.
    Si ça se trouve ils vont convaincre leurs élèves que c’est bien un avion de ligne qui a frappé le Pentagone…

  2. JB dit :

    Il est certain que à terme, toutes les pensées alternatives vont être pérsecutées par le système, c’est le but du lavage de cerveau mis en place dans les lycées et qui va s’étendre partout dans la societé. C’est le début de la Marque de la Bête, une marque idéologique pour l’instant mais c’est déjà colossal comme travail de sape au niveau de la réflexion.
    On le voit bien actuellement, il suffit de ne pas vouloir faire vacciner ses gosses et on est pires qu’un Terroriste au niveau idéologique à les écouter, aller voir un Naturopathe c’est courant de nos jours mais celà ne sera jamais enseigné dans le système de formatage scolaire comme une alternative meilleure que l’Allopathie traditionnelle pour certains problèmes de santé.

    Ils veulent juste formater une génération aux idées du système, afin de servir docilement les idées et projets surtout, des gouvernants. C’est aussi simple que celà et celà va malheureusement trés bien fonctionner, il y aura donc les Moutons du système (La majorité absolue des individus) et les éveillés (une minorité affreusement persecutée pour ses idées alternatives dans les domaines de la politique, de la santé, etc). C’est la triste réalité de demain…

  3. H30 dit :

    La chasse aux sorcières approche…

  4. B DURAND dit :

    Ce qui est amusant c’est que pour sortir de la « théorie du complot » on demande aux élèves de ne pas penser par eux même mais d’ingurgiter sans réflexion la parole journalistique des grand média.

Laissez un commentaire

*