Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Irlande: Des archéologues découvrent des restes d’une nouvelle espèce humanoïde

Irlande: Des archéologues découvrent des restes d’une nouvelle espèce humanoïde

archeosque

Drogheda | Une équipe d’archéologues affiliée à la University College Dublin, a découvert trois squelettes d’une espèce humanoïde auparavant inconnue de taille extrêmement réduite dans une zone boisée de l’Irlande de l’Est. Les spécimens mesurent entre 47 et 61 centimètres et font probablement partis d’une espèce d’humanoïdes distincte de l’homme moderne, qui aurait survécu jusqu’au 12ème et 13ème siècles.

Les os qui ont vraisemblablement été partiellement déterrés par une pluie récente, et ont été trouvés par trois enfants locaux qui jouaient dans la région. Les jeunes garçons ont immédiatement contacté la police, croyant qu’ils avaient trouvé les restes d’enfants assassinés. Le médecin légiste appelé sur le site, a rapidement compris que ce ne était pas une scène de crime moderne, mais ressemblait plutôt à un site archéologique inhabituel. Il a contacté la University College Dublin pour demander de l’aide, et l’institution a envoyé le professeur Edward James McInnes afin d’analyser la découverte.

Les corps de deux femmes et d’un homme ont été découverts avec un petit nombre d’objets dans ce qui semblait avoir été un petit village, près des rives de la rivière Boyne. L’équipe d’archéologues dirigée par le professeur McInnes, a nommé l’espèce Homo minusculus, ce qui signifie ‘Petit Homme’.

petite-hache

Cette petite hache a été retrouvée près du corps de l’individu mâle. Elle est présumée avoir été utilisée à la fois en tant qu’arme et outil.

Divers petits outils et armes en pierre ont été trouvés près des corps, y compris une hache, deux couteaux, une lance et même deux aiguilles à coudre miniatures. Ces éléments suggèrent que l’Homo Minisculus n’avait pas atteint un niveau technologique comparable à celui des chasseurs-cueilleurs humains de la période paléolithique, car aucune poterie et éléments métalliques n’ont été trouvés sur le site. De nombreux os de divers petits animaux, y compris des écureuils, des lièvres, des taupes et hérissons ont été trouvés près de la colonie, dont beaucoup portaient des traces de cuisson.

Les différentes analyses réalisées sur les os et les objets ont montré qu’ils dataient de quelque part entre 1145 et 1230 après JC, ce qui signifie que l’espèce aurait coexisté avec l’homme moderne pendant plus de 45000 ans. Cette découverte étonnante suggère que de nombreux contes et histoires du Moyen Âge qui ont été considérées comme « fantastiques » par les historiens, pourraient bien être basées sur des faits réels. L’Homo Minusculus aurait inspiré des histoires de lutins, elfes et gnomes qui sont monnaies courantes dans le folklore européen.

profmc

Le professeur McInnes et son équipe croient que l’Homo minusculus aurait disparu en raison de la destruction de son habitat à cause des communautés humaines envahissantes.

On ne sait pas pour l’instant si Homo minusculus évolué depuis l’Homo Erectus, de l’Homo sapiens idaltu ou même de l’Homo sapiens sapiens, mais ses similitudes morphologiques avec les humains modernes suggèrent qu’il a évolué en tant que sous-espèce distincte à la fin de la lignée humaine.

L’explication de sa petite taille reste également un mystère, mais le professeur McInnes estime qu’elle pourrait être liée à la rareté des ressources au cours de la plus récente ère glaciaire qui s’est étendue vers les dernières années du Pléistocène, de 110,000 à 12,000 ans.

Après la découverte de l’Homme de Florès (qui mesurait environ 1,1 m de hauteur) en 2003, sur l’île de Flores en Indonésie, une sous-espèce humaines qui est supposée avoir disparu il y a 30,000 ans, cette nouvelle découverte prouve que beaucoup d’autres sous-espèces d’hominidés ont effectivement coexisté avec les humains modernes pendant des milliers d’années.

NyMeta.co

Publié le 28 novembre, 2014 dans Archéologie, Monde, X Files & Paranormal.

Publicité

Laissez un commentaire

*