Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La vie extraterrestre est peu probable selon des scientifiques israéliens

La vie extraterrestre est peu probable selon des scientifiques israéliens

Depuis deux mois, le milieu des exobiologistes est en effervescence suite à une prépublication des astrophysiciens Tsvi Piran de l’Université Hébraïque de Jérusalem et Raul Jimenez de l’Université de Barcelone. Dans cet article, les astrophysiciens expliquent comment toute vie sur Terre pourrait disparaître, mais aussi, et surtout pourquoi, il y a peu de chances qu’une vie similaire à celle qu’on connaît sur Terre soit possible ailleurs dans l’univers. Toute leur argumentation repose en fait sur l’étude des sursauts gamma. Mais qu’est-ce qu’un sursaut gamma ? me direz-vous…

Nous allons donc commencer par essayer de comprendre de quoi il s’agit, puis nous verrons pourquoi ils rendent quasi-impossible l’apparition d’une vie extraterrestre d’après les travaux du professeur Piran.

L’histoire des sursauts gamma commence dans les années soixante avec le traité portant sur l’interdiction de réaliser des essais nucléaires atmosphériques. Ce traité, ratifié par les Etats-Unis, l’URSS et le Royaume-Uni, suite à la crise des missiles de Cuba, interdit aux pays signataires d’effectuer des essais d’armes nucléaires dans l’atmosphère. Afin de contrôler le respect par l’URSS de ce traité, les Etats-Unis lancèrent en 1963 le projet Vela. Il s’agit d’un satellite équipé d’instruments capables de détecter les émissions de photons gamma. En effet, des rayons gamma sont émis lors d’un processus de désintégration nucléaire au moment de l’annihilation d’une paire électron-positron, et on en retrouve donc notamment au cours d’une explosion atomique.

Bien que n’ayant détecté aucun essai nucléaire russe, le satellite Vela détecta un grand nombre de « bouffées » de photons gamma, appelées aussi « sursauts » gamma (GRB, Gamma-ray Burst en anglais) apparaissant de façon aléatoire dans l’espace et le temps. Ces observations restèrent maintenues sous le sceau du secret défense jusqu’en 1973, et ce n’est qu’à partir de cette année là que les scientifiques purent se pencher sur ces phénomènes inexpliqués. Depuis lors, les sursauts gamma furent l’objet de nombreuses études cherchant à comprendre leurs origines, leurs natures et leurs impacts sur l’espace environnant. Le professeur Piran est devenu au fil des ans l’un des spécialistes mondiaux des sursauts gamma, et c’est à ce titre que cette dernière publication retient toute l’attention des spécialistes.

Mais que sait-on des sursauts gamma ?

La caractéristique principale des sursauts gamma est l’énorme quantité d’énergie libérée au cours de ces phénomènes. Il s’agit des phénomènes les plus énergétiques jamais observés dans l’univers. Ainsi par exemple, en septembre 2008, l’observatoire à rayon gamma Fermi a détecté le sursaut correspondant à la fin de vie d’une étoile massive. La lumière émise a mis 12,2 milliards d’années à nous parvenir (l’univers, lors de l’explosion, n’avait que 1,5 milliards d’années) et l’énergie totale libérée en fait l’explosion la plus violente depuis le Big Bang (création primordiale de l’univers selon les théories astrophysiques généralement admises dans le milieu scientifique). Les particules émises se déplacent alors à une vitesse proche de la vitesse absolue qui est la vitesse de la lumière (environ 300000 km/s).

Les sursauts gamma sont généralement divisés en deux catégories : ceux dont la durée est inférieure à 2 secondes ont en général un spectre localisé dans les très hautes énergies et ceux dont la durée est supérieure à 2 secondes (certains peuvent même durer plusieurs minutes) ont un maximum spectral à plus basse énergie. Cette division reflète en fait les différentes origines des sursauts. Les sursauts les plus longs correspondent en fait à la mort d’étoiles massives (comme celui détecté en 2008 par Fermi), alors qu’il est supposé que les courts sursauts correspondent à l’effondrement d’une étoile double (étoile composée de deux étoiles tournant autour d’un centre de gravité commun). Il a également été observé que les longs sursauts avaient lieu principalement dans des galaxies à faible métallicité (en astrophysique, tout élément plus lourd que l’hélium est appelé métal même s’il ne s’agit pas d’un métal au sens usuel du terme), c’est-à-dire des galaxies essentiellement composées d’hydrogène et d’hélium.

Maintenant que nous en savons un peu plus sur l’origine et la nature des sursauts gamma, nous pouvons nous poser la question de savoir s’ils peuvent être dangereux pour la vie sur Terre. […]

La suite sur Silicon Wadi

Publié le 18 novembre, 2014 dans Espace, OVNIs & Extra-Terrestres, Sionisme & Israël.

Publicité

Commentaires (5)

 

  1. jfree_2006 dit :

    L apparition de la vie sur terre est très complexe. .. le passage du chimique vers le biologique ensuite l évolution du vivant avec l influence de l environnement.etc Pour dire que la vie existe ailleurs dans l univers il faut réunir toutes les conditions nécessaire pour permettre à la vie d apparaître et de s adapter à son environnement. .. c à dire une planète rocheuse ressemblant à terre dans l environnement et surtout dans l emplacement à la zone habitable… moi personnellement je pense que la vie peut exister ailleurs tout simplement par ce que la vie est un produit de la nature. . La seule preuve qui existe c est nous… Aujourd hui l homme progresse technologiquement et les recherches avancent avec les découvertes sur mars, les récentes découvertes sur la comete tchouri ….aujourd hui l’agence spatiale allemande a confirmé que l’instrument Cosac a détecté des molécules à base de carbone parmi les effluves volatiles s’échappant de la comète Tchouri. En revanche, l’analyse des échantillons de la foreuse SD2 n’a pas encore été examinée par les chercheurs et les résultats semblent incertains… ça avance tout doucement surtout avec les recherches des exoplanètes… je vous conseilles de voir les débats de la nasa sur u tube sur les exoplanètes… ça ne va pas être facile mais je suis optimiste. Kennedy a dit : »Nous avons choisi d’aller sur la Lune…pas parce que c’est facile mais parce que c’est difficile ».

  2. Prométhée dit :

    Plutôt léger comme argument, surtout de la part de scientifiques … -_-

  3. shaman dit :

    L’homme et son nombril…

  4. majAH dit :

    Donc d’après eux on est les seul sur terre, Donc nous sommes les plus intelligent et les plus fort de l’univers !!

    Donc on est mal barré ….

  5. Thanos dit :

    Oui et Jérusalem est le centre de l’univers.

Laissez un commentaire

*