Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’homme Moderne s’est bien accouplé avec le Néandertalien

L’homme Moderne s’est bien accouplé avec le Néandertalien

neandertalien

En 2008, un fragment relativement complet de fémur gauche d’origine humaine était retrouvé par un chasseur d’ivoire de mammouth, pointant hors des alluvions sur les rives de la rivière Irtysh, dans la région d’Omsk, en Sibérie Occidentale. Six ans plus tard, une équipe internationale lève une partie du voile sur l’« Homme d’Ust’-Ishim » – le lieu-dit près duquel ce fossile a été retrouvé. Cet os noirâtre appartenait à un homme moderne, qui vivait là il y a 45 000 ans environ, et l’analyse de son ADN permet de mieux cerner la période durant laquelle ses ancêtres et des Néandertaliens se sont croisés et ont multiplié.

Les chercheurs, sous la direction de Svante Pääbo (Institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leipzig), publient leurs travaux dans la revue Nature datée du 23 octobre. Ils ont déterminé l’ancienneté du fémur à l’aide de deux datations au carbone 14. Ils ont procédé à une analyse morphologique de l’os qui indiquait qu’on n’avait pas affaire à un Néandertalien. Cette conviction a été confirmée par le séquençage génétique, lequel a montré qu’il s’agissait bien d’un Homo sapiens. L’équipe en conclut donc qu’elle tient là le plus ancien homme moderne précisément daté d’Eurasie – les autres prétendants, en Asie notamment, n’offrant pas un pedigree aussi solide.

Pour le paléogénéticien Joshua Akey (University de Washington), qui n’a pas participé aux travaux, cette découverte « offre des données incroyablement intéressantes et ouvre une fenêtre fascinante sur cette période de l’évolution humaine ». La comparaison de l’ADN de l’Homme d’Ust’-Ishim avec le génome de Néandertaliens et d’hommes modernes d’aujourd’hui permet en effet d’affiner les horloges moléculaires et de préciser la période pendant laquelle ses ancêtres et des Néandertaliens ont pu concevoir une descendance commune. Rappelons que l’homme de Néandertal, issu d’une première sortie d’Afrique d’hommes archaïques il y a plus de 500 000 ans, avait conquis l’Europe de Gibraltar à l’Altaï, avant de disparaître il y a environ 40 000 ans, sous la pression de l’homme moderne.

Depuis 2010 et le premier séquençage complet du génome d’un Néandertalien, on sait que des tels croisements sapiens-neanderthalensis ont bien eu lieu, et qu’ils ont laissé une trace dans les populations actuelles non africaines : entre 1 et 3 % de leur ADN est hérité de l’homme de Néandertal. Depuis cette révélation, que l’on doit aussi à l’équipe de Leipzig, d’autres génomes néandertaliens ont été séquencés, et l’on continue à affiner la connaissance de ce que l’humanité doit à ce cousin incestueux. Mais les débats se poursuivent sur la date et la région où ces croisements ont eu lieu. En 2012, une étude publiée dans PLoS Genetics estimait que le « mélange » entre Néandertal et hommes modernes était intervenu entre 37 000 ans et 86 000 ans. De quoi accommoder les scénarios les plus divers. (…)

Suite sur le Monde

Publié le 30 octobre, 2014 dans Archéologie, Europe & UE, Génétique, Histoire, Métissage.

Publicité

Commentaires (1)

 

  1. « L’homme Moderne s’est bien accouplé avec le Néandertalien »

    Non … c’est pas le bon titre.

    « Cro-magnon s’est bien accouplé avec Néantherdal »

    c’est le bon titre (enfin, disons, le titre corrigé ….)

    Pourquoi identifiez-vous « l’homme moderne » à cro-magnon, dés lors qu’il descend aussi, plus ou (bien) moins, de néanderthal ?

Laissez un commentaire

*