Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

« Les djihadistes britanniques sont dépressifs, souffrent de solitude et ont besoin d’aide »

« Les djihadistes britanniques sont dépressifs, souffrent de solitude et ont besoin d’aide »

Le professeur Kamaldeep Bhui, de l’Université Queen Mary de Londres, a découvert que ceux qui sont sur la voie de la radicalisation sont déprimés et isolés socialement.

Les adolescents et les jeunes qui quittent la Grande-Bretagne pour lutter avec les djihadistes sont juste déprimés et souffrent de solitude, et devraient être autorisés à revenir au Royaume-Uni sans être criminalisés, affirme un éminent professeur.

Kamaldeep Bhui, professeur de psychiatrie culturelle et de l’épidémiologie à l’Université Queen Mary de Londres, a déclaré que la radicalisation doit être traitée comme un problème de santé de la même manière que les drogues ou l’abus d’alcool. Il a constaté que les personnes sur le chemin de la radicalisation sont plus susceptibles d’être bien éduqués et issus de familles riches, mais ils ressentent de l’ennui et sont socialement isolés. Et les filles sont tout aussi susceptibles de partir sur le chemin de la radicalisation que les garçons.

Le MI5 a affirmé qu’il pourrait y avoir jusqu’à 500 combattants britanniques en Syrie et des dizaines de femmes sont soupçonnées d’être parties pour rejoindre Isis ou pour épouser des djihadistes.

Cependant le professeur Bhui dit que de nombreux adolescents souffraient de la «naïveté de jeunesse» et ont été rapidement déçus après être partis pour combattre. Il a interviewé plus de 600 personnes dans les communautés musulmanes à Bradford et à Londres pour savoir ce qui pousse les Britanniques à risquer leur vie dans un pays étranger.

« Quelque chose à leur sujet l’indique, ils sont mécontents, » a-t-il dit.

« Le groupe qui sympathisait était plus jeune, plus éduqué que la moyenne et généralement riche. Ils étaient plus susceptibles d’être déprimés et isolés socialement. »

« Il y a un peu de naïveté juvénile. Ils ont des fantasmes romantiques. Ils n’ont jamais connu la charia ou un califat avant et, quand ils découvrent cela, ce n’est pas comme ils pensaient ». […]

David Cameron a déclaré que les Britanniques qui se rendaient en Syrie ou en Irak pour rejoindre État islamique (EST) militants seraient traités comme des «ennemis du Royaume-Uni » et pourraient être déchus de leur citoyenneté. […] Mais le professeur Bhui ajoute : «Je pense que ce serait une catastrophe de les criminaliser et de les renier comme citoyens britanniques. Certains de ces enfants sont jeunes et inexpérimentés et sans doute la police du Pays de Galles a pris une position différente. Ils ne voulaient pas criminaliser, je suis… heureux de travailler avec eux » […]

The Telegraph

Publié le 18 octobre, 2014 dans Califat Islamique, Grande-Bretagne, Islam.

Publicité

Laissez un commentaire

*