Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Nations Unies : Le virus Ebola pourrait se transmettre par les airs

Nations Unies : Le virus Ebola pourrait se transmettre par les airs

ebola-aeroportee

Le virus Ebola pourrait muter et devenir contagieux par les airs si l’épidémie n’est pas contrôlée, selon le chef de la mission Ebola de l’ONU.

Il y a une chance que le virus Ebola subissent une mutation et devenir contagieux par l’air. C’est une mise en garde transmise par le chef de la mission de l’ONU pour Ebola, Anthony Banbury, diffusée dans le quotidien The Telegraph . Le virus pourrait s’élever dans les airs si l’épidémie n’est pas maîtrisée assez rapidement.

«C’est un scénario cauchemardesque et peu probable, mais qui ne peut pas être exclu.»

Le responsable onusien a déclaré que les travailleurs humanitaires se battent contre la montre pour parvenir à un stade de contrôle de l’épidémie, dans le cas d’une mutation où elle deviendrait alors encore plus difficile à traiter.

«Plus longtemps le virus se déplace dans des hôtes humains dans le virulent melting pot de l’Afrique de l’ouest, plus il y a de chances de mutation.»
Une progression fulgurante

Le nombre de personnes infectées par Ebola double en moyenne tous les 20 à 30 jours. Le US Center for Disease and Prevention a prévu qu’il pourrait y avoir jusqu’à 1,4 millions de cas d’Ebola an janvier, dans le pire des scénarios. Pour rappel, plus de 3.300 personnes infectées par le virus en sont décédées cette année.

Anthony Banbury a admis que la communauté internationale a réagi «un peu tard» à la menace d’Ebola, mais qu’il n’est cependant pas «trop tard». Travaillant pour les Nations unies depuis 1988, il a déclaré que l’épidémie était la pire catastrophe qu’il ait jamais vue. «Nous n’avons jamais rien vu de tel. Dans une carrière, dans ce genre de situations – les guerres, les catastrophes naturelles – je n’ai jamais rien vu d’aussi grave risque ou dangereux ou élevé que ceci. J’ai entendu d’autres personnes le dire aussi.»

Les Echos

Publié le 4 octobre, 2014 dans Ebola, ONU, Santé.

Publicité

Laissez un commentaire

*