Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

100 milliards investis dans l’éolien et le solaire produit davantage d’énergie que 100 milliards investis dans le pétrole

100 milliards investis dans l’éolien et le solaire produit davantage d’énergie que 100 milliards investis dans le pétrole

eolien-solaire

À la fin des années 2020 ou début des années 2030 les énergies renouvelables pourraient être plus agressivement en concurrence avec le marché du pétrole.

Kepler Cheuvreux, une banque d’investissement française, a produit une analyse fascinante qui a des conséquences dramatiques pour l’industrie pétrolière mondiale. La banque d’investissement estime que 100 milliards de dollars investis dans l’énergie éolienne ou l’énergie solaire, et redistribuée sous forme d’énergie pour les véhicules légers et commerciaux, produira nettement plus d’énergie que ces mêmes 100 milliards de dollars investis dans le pétrole.

Les implications, inutile de le dire, sont dramatiques. Elles signifieraient la mise à mort des grosses industries pétrolières, et la disparition d’une industrie qui a dominé l’économie mondiale et la géopolitique, au cours des dernières décennies. Et la nécessité pour elle de remodeler son modèle d’affaires autour d’énergies renouvelables, comme nous allons le constater ici.

« Si nous avons raison, les conséquences seraient énormes », a écrit Kepler Cheuvreux à l’analyste Mark Lewis.

« Cela voudrait dire que l’industrie pétrolière est confrontée au risque des actifs bloqués, non seulement dans un scénario de baisse des prix du pétrole provoqués par la demande structurellement plus faible entraînée par un futur resserrement de la politique climatique, mais aussi dans un scénario de hausse des prix du pétrole entraîné par approvisionnement de plus en plus limité. »

(…)

Lire la suite sur ImpactLab [en Anglais], le 18 Septembre 2014


Publicité

Laissez un commentaire

*