Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

«L’insécurité est un instrument de contrôle so­cial»

«L’insécurité est un instrument de contrôle so­cial»

Extrait de Eric Werner – De l’extermination, Editions Thael – 1993.

eric-werner « On croit que l’insécurité est toujours et néces­sai­re­ment une calamité. C’est une vue trop étroi­te du problème. L’insécurité joue un rôle important dans le maintien de la stabilité du système. L’insécurité concourt à dé­mo­raliser les populations, à les convaincre de la va­nité qu’il y aurait à vouloir s’opposer au « sens de l’histoire» (tel que le définissent les autorités).

L’insécurité a une fonc­tion rééducative : elle réduit les individus à l’impuissance et les met dans l’incapacité de rien entreprendre contre la no­menklatura en place.

C’est un instrument efficace de contrôle so­cial. On lui est redevable de soustraire les autorités aux désa­gré­ments liés à une contestation ve­nue de la base.

On comprend dès lors le soin tout particulier que les autorités mett­ent à laisser se développer l’insécurité. Elles ne disent na­turellement pas qu’elles sont pour, mais elles s’emploient à la favoriser discrètement.

L’in­sécurité a une autre fonction péda­go­gi­que : celle d’habituer progressivement les populations à l’ab­sence de droit.

La croyance en l’existence du droit n’a de sens que dans un Etat de droit.

Dans un Etat qui n’est pas de droit, ou l’est de moins en moins, la croyance dans le droit perd évidemment tou­te raison d’être. A la limite même, elle passe pour sub­versive.»

Éric Werner, philosophe suisse, a écrit plusieurs essais sur le système politique contemporain et la religion. Vidéo d’interview ici


Publicité

Laissez un commentaire

*