Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La vie cachée des Kennedy : la dynastie décimée (partie III)

La vie cachée des Kennedy : la dynastie décimée (partie III)

ken1

La mort de John F. Kennedy est la conspiration la plus voyante de l’histoire américaine. L’assassinat de son frère Robert F. Kennedy a été perpétré par un homme qui a admis être un esclave sous contrôle de l’esprit. « John-John », le fils de JFK à la popularité insensée est mort dans un mystérieux accident d’avion. La « malédiction Kennedy » était-elle en réalité un moyen d’écarter les Kennedy du pouvoir ?

Voici la troisième et dernière partie de la série d’articles sur les Kennedy. Il est suggéré de lire d’abord la première puis la seconde partie.

Comme discuté dans la deuxième partie de la série, la courte présidence de John F. Kennedy fut pleine de confrontations avec des groupes puissants dont la Réserve Fédérale, la CIA et les grandes compagnies pétrolières. Plusieurs choix des Kennedy semblent avoir été des efforts conscients pour ramener pouvoir et influence aux mains d’un gouvernement démocratiquement élu, en l’enlevant à l’élite agissant en tant que gouvernement secret.

La famille Kennedy, dynastie américaine dont la richesse et le pouvoir montrèrent une rapide expansion, avait le potentiel et le soutien populaire pour rester longtemps au pouvoir à Washington. Une longue liste d’étranges décès et d’étranges événements ont cependant contrarié en permanence le règne des Kennedy en Amérique. La fameuse « malédiction Kennedy » comporte de nombreux et mystérieux assassinats et « d’accidents » suspects, mais le plus notoire est l’assassinat de JFK.

JFK tué par un bouc-émissaire

John F. Kennedy a été assassiné à Dallas, au Texas, le vendredi 22 novembre 1963 à 12h30. Il a reçu une première balle dans la gorge, une autre en haut du dos et une autre à la tête. Lee Harvey Oswald, employé au Dépôt des livres scolaires texans, bâtiment à partir duquel les coups de feu auraient été tirés, a été arrêté et inculpé de meurtre. Oswald a nié avoir tiré sur quiconque et a prétendu être un bouc-émissaire. Voici une courte vidéo où il déclare être un bouc-émissaire :

Après la mort de JFK, la Commission Warren a été mise en place par le successeur de Kennedy, Lyndon B. Johnson, pour enquêter sur l’assassinat. Il est important de noter que Johnson s’était continuellement opposé aux nombreuses politiques fondamentales de Kennedy et qu’il en a aboli de nombreuses quand il l’a remplacé. De plus, l’une des principales figures de la Commission, Allen Dulles, l’ex-directeur de la CIA, avait été mis à la porte par JFK. C’est en partie pour ces raisons que la crédibilité et les conclusions de la Commission Warren sont toujours fortement contestées aujourd’hui.

La Commission a conclu que l’assassin de JFK était Lee Harvey Oswald, un tireur solitaire à problèmes psychologiques, qui s’est révélé aussi être communiste.

Il apparaît pourtant qu’Oswald a été animé d’une hostilité majeure envers son environnement. Il ne semble pas avoir été capable d’établir des relations sensées avec les autres gens. Il était en perpétuelle insatisfaction du monde autour de lui. Longtemps avant l’assassinat il exprimait sa haine de la société américaine et participait à des manifestations en ce sens. Sa recherche de la conception d’une société parfaite était ruinée dès le départ. Il revendiquait une place dans l’histoire – un rôle de « grand homme » qui serait reconnu comme ayant été en avance sur son temps. Son investissement dans le marxisme et le communisme semble avoir été un autre facteur important de sa motivation. Il a aussi démontré une capacité à agir de manière résolue et sans considération pour les conséquences quand un tel acte ferait avancer son objectif du moment. En dehors de cela et des nombreux autres facteurs qui ont pu former le caractère de Lee Harvey Oswald, est apparu ici un homme capable d’assassiner le président Kennedy.

Rapport de la Commission Warren, chapitre 7 : questions sans réponse

Le passé d’Oswald est extrêmement nébuleux et certains de ces aspects pourraient être une pure fabrication. La Commission a établi que pendant les années précédant l’assassinat il faisait des boulots mal payés qui ne duraient jamais plus de quelques mois. Il se débrouilla néanmoins pour quitter les USA et aller vivre en Russie où il apprit le russe, avant de revenir en Amérique avec une épouse russe. Il aurait adopté des visions marxistes à son retour de Russie tout en allant d’emploi en emploi et ensuite se serait saisi d’un fusil pour tuer le président des US.

Dans les années suivant la Commission Warren, de nouvelles informations ont fait surface concernant Oswald, dont beaucoup s’orientent vers l’idée qu’il était en fait un agent du gouvernement. Plusieurs sources ont révélé qu’Oswald était en contact permanent avec des agents du FBI et de la CIA. On a même découvert qu’il s’occupait d’une organisation « pro-communiste » dans le même bâtiment que celui des bureaux d’agents du gouvernement.

L’adresse manuscrite sur l’une des brochures d’Oswald sur « Fidélité pour Cuba » était « 544 Camp Street », de la main d’Oswald lui-même semble-t-il. L’adresse était dans le « Bâtiment Newman » qui a abrité d’octobre 1961 à février 1962 un groupe militant anti-Castro, le Conseil Révolutionnaire Cubain. Au coin de la rue mais situé dans le même bâtiment, avec une entrée différente, il y avait l’adresse 531 Lafayette Street – adresse de « Guy Banister associés », agence de détectives privés dirigée par un ancien agent du FBI, Guy Banister. Le bureau de Banister participait à des activités anti-Castro et à des enquêtes privées dans la région de la Nouvelle-Orléans (un dossier de la CIA indiquait qu’en septembre 1960, la CIA avait envisagé « d’utiliser Guy Banister Associés pour une réunion du renseignement étranger, mais qu’elle a finalement abandonné l’idée »)
– 544 Camp Street et événements reliés, House Select Comité sur les Assassinats – Appendice aux auditions, vol.10, 13, pp. 123–4.

On a aussi découvert qu’Oswald était en contact avec l’associé de Guy Banister, David Ferrie. Selon Victor Marchetti, adjoint exécutif du directeur-adjoint de la CIA, Ferrie avait aussi des liens avec la CIA. Moins d’une semaine après que les médias aient rapporté que David Ferrie était interrogé pour ses liens avec Lee Harvey Oswald, il fut retrouvé mort dans son appartement en d’étranges circonstances.

Comme de nombreux autres bouc-émissaires contrôlés par l’élite, Oswald a été « réduit au silence » avant même son procès. Il a été tué par un homme en lien avec la mafia nommé Jack Ruby (raccourci pour Jacob Leon Rubenstein) pendant son trajet vers le tribunal.

ken2
La photo légendaire de Jack Ruby qui tire sur Lee Harvey Oswald. Des millions de spectateurs ont vu l’événement télévisé en direct.

La première explication de Ruby pour le meurtre était que la mort d’Oswald épargnerait « à Mme Kennedy l’embarras d’un procès ». Le temps passant, une information fit cependant surface que Jack Ruby était en fait un agent engagé pour « achever » Lee Harvey Oswald parce que son travail de bouc-émissaire était terminé. Le House Select Comité, créé en 1976 pour enquêter sur les assassinats de Kennedy et de Martin Luther King, a noté que plusieurs infractions à la sécurité ont permis un accès facile à Jack Ruby pour tuer Oswald.

Le comité fut troublé par le fait que les portes étaient apparemment non verrouillées sur le trajet de l’escalier et qu’on avait enlevé peu de temps avant le meurtre les gardes de sécurité de la zone du garage la plus proche de l’escalier…Il y a aussi une preuve que le département de la police de Dallas a caché des informations pertinentes de la Commission Warren concernant l’entrée en scène de Ruby pendant le transfert d’Oswald.

En mars 1965, un an après sa condamnation, Jack Ruby fit un bref discours télévisé et déclara :

« Tout ce qui se rapporte à ce qui s’est passé n’a jamais fait surface. Le monde ne saura jamais les faits exacts sur ce qui est arrivé, mes motivations. Ceux qui avaient tant à gagner et qui avaient un motif ultérieur pour me mettre dans ma position actuelle, ne laisseront jamais transparaître les faits réels dans le monde ».

Quand un journaliste lui demanda, « Ces gens sont-ils dans des positions très élevées, Jack ? », il répondit « Absolument ».

Selon un article du Sunday Times londonien, Ruby a dit peu de temps avant de mourir au psychiatre Werner Teuter que l’assassinat était « un acte pour renverser le gouvernement » et qu’il savait « qui avait tué le président Kennedy ». Il ajouta : « Je suis fichu. Je ne veux pas mourir. Mais je ne suis pas fou. J’ai été victime d’une machination pour tuer Oswald ».

Ruby est mort d’un cancer des poumons peu de temps après ces déclarations. Selon le shérif-adjoint de Dallas, Al Maddox, Ruby soupçonnait qu’on lui aurait injecté des cellules cancéreuses [?].

« Ruby m’a dit qu’il savait, « Eh bien, ils m’ont fait une piqûre pour le rhume ». Il a dit que c’était des cellules cancéreuses. C’est ce qu’il m’a dit. J’ai dit qu’il ne devait pas croire à ces conneries. Il a dit, « J’en suis bougrement sûr ! » Puis un jour quand je m’apprêtais à partir, Ruby m’a serré la main et j’ai senti un morceau de papier dans sa paume…dans cette note il disait que c’était une conspiration et il disait…si vous gardez les yeux ouverts et fermez votre bouche, vous apprendrez beaucoup. Et ce fut la dernière lettre que j’ai eu de lui ».
– Marrs, Jim (1989). Crossfire: The Plot that Killed Kennedy [Tirs croisés : Le complot qui a tué Kennedy]

Bien que des détails spécifiques autour de l’assassinat de JFK et ceux qui y étaient impliqués, il restera à jamais nébuleux, mais en revenant en arrière et avec une vision d’ensemble, les choses peuvent devenir un peu plus claires. Après des dizaines d’années de données et de révélations nouvelles, il est bien certain d’après les preuves disponibles que l’assassinat de JFK était commandité par des figures de haut niveau à l’aide d’actes de bouc-émissaires. Finalement, tous ceux qui se sont trouvés impliqués avec l’assassinat sont morts peu de temps après les faits.

Les vrais coupables de l’assassinat, l’élite occulte, ceux qui gouvernent le pays par un gouvernement de l’ombre, n’ont jamais été accusés. Cependant plusieurs chercheurs ont démontré que la mort de JFK était plus qu’un assassinat politique : c’était un rituel occulte dans le but de consolider le pouvoir occulte de l’élite, traumatiser les masses et marquer la nouvelle ère de l’histoire américaine.

Le meurtre du Roi

En examinant l’assassinat de JFK à travers les yeux des sociétés secrètes – qui attachent une énorme importance au rituel, au symbolisme et à la numérologie – des faits puissants et indéniables ressortent. Selon des chercheurs en occultisme, la mort de JFK était la reconstitution extrême et à grande échelle de l’une des plus importantes mythologies de la franc-maçonnerie : le meurtre d’Hiram Abiff.

hiram
Représentation d’Hiram Abiff, parfois amalgamé avec Hiram, roi de Tyr, dans son cercueil, entouré des trois assassins.

Dans la franc-maçonnerie, les initiations au 3ème degré impliquent de rejouer le meurtre de sa plus importante figure, Hiram Abiff, par trois « voyous ». Comme Hiram Abiff, JFK a reçu trois coups – à la gorge, à la poitrine et à la tête. Durant une initiation au 3ème degré, les franc-maçons mettent en scène un drame rituel où le candidat joue le rôle d’Hiram Abiff qui est tué par trois voyous. Voici la transcription du rituel.

« Notre Grand Maître, Hiram Abiff ! » s’exclame le 1er voyou (Jubela); c’est l’homme-même que je voulais voir ». [Saisissant en même temps le candidat à la gorge, et le secouant avec violence.] « Donne-moi la phrase du Maître Maçon ou je te tue ! » L’animateur répond, « Je ne peux te la donner maintenant, mais si vous attendez jusqu’au rassemblement de la Grande Loge à Jérusalem, si vous êtes reconnu méritant, vous la recevrez, sinon impossible ». Le voyou porte alors au candidat un coup à la gorge avec une gouge de 60 cm, lequel s’enfuit par la porte ouest, où il est accosté par le deuxième voyou, Jubelo, avec encore plus de violence et sur son refus d’accéder à sa requête, il lui porte un coup sévère à la poitrine avec une équerre ; le candidat tente de s’échapper par la porte à l’est, où il est assailli par le troisième voyou, Jubelum, avec toujours plus de violence et sur son refus d’accéder à sa requête, le voyou lui donne un coup violent de marteau sur la tête, qui fait tomber le candidat au sol ; après quoi l’un d’eux s’exclame, « Que faisons-nous ? Nous avons tué notre Grand Maître, Hiram Abiff ! »
– William Morgan, Illustrations of Masonry

La fusillade a eu lieu à Dallas, sur la Dealey Plaza, à quelques kilomètres seulement du 33ème degré de latitude [à 32,77861° N]. Ce fait géographique est primordial dans le symbolisme maçonnique car le 33ème degré est le plus élevé dans le rite écossais de la franc-maçonnerie. C’est très probablement pour cette raison que la rivière proche est nommée Trinity River.

lieu-jfk-mort
Une vue en 3D de la Dealey Plaza. Sa conception entière est basée sur le nombre 3.

Considérée comme étant « le berceau de Dallas », la Dealey Plaza présente un obélisque (monument maçonnique) surmonté d’une torche d’illumination.

plaza
Alors que beaucoup de gens pensent que cet obélisque a été érigé à la mémoire de JFK, c’est en réalité un monument maçonnique construit en 1940.

dealy-plaza
À la base de la plaque du bas est mentionné que la Dealey Plaza est le site de la première « Loge fraternelle » de Dallas, qui est une loge maçonnique

Le site du meurtre de JFK était donc extrêmement significatif dans le symbolisme maçonnique. Il se trouve au 33ème degré de latitude, près de la rivière Trinity, sur la Dealey Plaza – site orné d’un obélisque maçonnique. (Fait intéressant à noter : la première bombe nucléaire a explosé exactement sur le 33ème degré de latitude. L’emplacement se nommait site Trinity…et un obélisque maçonnique identifie aujourd’hui la zone.)

trinity-site
L’obélisque du site Trinity est situé sur le 33ème degré de latitude.

Le meurtre du Roi rituel a été accompli sur un autre site Trinity situé à Dallas, Texas, à environ 16 km au sud du 33ème degré de latitude nord entre la rivière Trinity et le triple passage souterrain de la Dealey Plaza. La Dealey Plaza était le site du premier temple maçonnique de Dallas. À cet endroit, connu à l’époque des cow-boys du 19ème siècle comme la « Bloody Elm Street » [rue de l’orme rouge, ou orme sanglant], le leader mondial qu’on surnommait le « Roi de Camelot », le président John Fitzgerald Kennedy, a été abattu.

Une photo très médiatisée, devenue peut-être le symbole-clé de l’énigme de la mascarade Kennedy, est apparue immédiatement à la suite de l’assassinat : la photo de trois « clochards » en détention officielle, qui furent inexplicablement relâchés et jamais identifiés, bien que des soupçons sur leur réelle identité aient atteint son paroxysme parmi les enquêteurs.

Cette photo est l’accompagnement rituel de la masse sombre dans la cérémonie d’immolation d’un roi, la griffe caractéristique d’un meurtre maçonnique, l’apparition de Jubela, Jubelo et Jubelum, les trois « indignes acteurs » du temple burlesque, « qui ne seront pas reconnus responsables ». Ce symbolisme rituel est nécessaire pour l’accomplissement de ce que James Shelby Downard et moi avons décrit dans la première édition de Apocalypse Culture, comme l’intention alchimique de tuer le « Roi de Camelot ».

« … Le but ultime de cet assassinat n’était ni politique ni économique mais de la sorcellerie : car le contrôle du rêve mental et le déploiement de ses forces représentent la force omnipotente de ce complet scénario de mensonges, de cruauté et d’avilissement. Quelque chose est mort chez les américains le 22 novembre 1963 – nommons-le idéalisme, innocence ou quête d’une excellence morale. C’est la transformation des êtres humains qui est l’authentique raison et le mobile du meurtre de Kennedy… »

Le massacre apparemment fortuit et insensé du président, la semaine précédant Thanksgiving, avec sa tête qui explose dans les images du film maintenant célèbre de Zapruder , est l’indication d’une entrée de l’humanité dans ce que David Cronenberg nommait les « Nouveaux Temps Sauvages ». La recherche des trois assassins est devenue une aventure sans queue ni tête. C’est un mystère maçonnique à plusieurs magnitudes au-dessus des solutions politiques banales, CIA-Mafia-Anti-Castro-KGB-droite texane,etc. etc. qui a été mis en avant par divers livres et films qui parfois ne servent qu’à embrouiller et nous démoraliser tous un peu plus.
– Michael Hoffman III, Secret Societies and Psychological Warfare

Il est important de noter que certaines têtes les plus importantes de la Commission Warren, qui ont conclu que la mort de JFK était le résultat d’un tireur solitaire, Oswald, étaient des franc-maçons de haut niveau.

Il est aussi intéressant de noter que le ministre de la justice de la cour suprême, Earl Warren, était lui-même un franc-maçon du 33ème degré, et qu’il a été Grand Maître de Californie de 1935 à 1936. Il était aussi potentat du sanctuaire Aahmes et officier de deux loges de rite écossais à Oakland en Californie. Il faisait également partie du Bohemian Club, et il a fait plusieurs discours au Bohemian Grove, situé au nord de San Francisco, dans la petite ville boisée de Monte Rio en Californie. Sa commission était remplie de franc-maçons. Gerald R. Ford, J. Edgar Hoover et Allen Dulles étaient des franc-maçons du 33ème degré aussi. Abraham Zapruder lui-même était un franc-maçon du 32ème degré et après l’assassinat, il a été élevé au 33ème degré pour son rôle dans le plan de l’assassinat. Les autres franc-maçons de haut grade impliqués directement dans le meurtre de JFK comprenaient Lyndon Baines Johnson et George Bush Sr, tous deux franc-maçons du 33ème degré, et Bush Sr appartient aussi à la société occulte Skull & Bones de l’université de Yale.
– Kentroversy Papers, “Dealey Plaza: Esoteric Freemasonic Symbolism in the Death of JFK”

memorial-jfk
La pierre tombale de JFK repose près de la Flamme Éternelle – symbole de l’élite occulte et de sa torche de l’illumination.

Destruction de l’héritage

Après la mort de JFK, il y avait toujours des membres de la famille Kennedy qui avaient le potentiel de garder la famille royale d’Amérique au pouvoir. Le premier était le frère de JFK, Robert F. Kennedy. Il avait un nom, une vision, l’expérience et l’élan pour facilement devenir le président des US. Son ascension au pouvoir fut cependant cassée encore plus rapidement que celle de son frère.

Robert F. Kennedy

martin-luther-king-jr
RFK avec Martin Luther King.

Bien que vivant dans l’ombre de son frère, Robert F. Kennedy (connu aussi comme Bobby ou RFK) prenait une part importante à la présidence de JFK. En tant que 64ème procureur général américain, RFK était le plus proche conseiller du président et il exerçait une autorité étendue sur chaque ministère du cabinet. L’Associated Press l’avait même surnommé « L’homme n°2 de Washington ».

Quelques années après l’assassinat de JFK, Bobby Kennedy se lança dans la course à la présidence comme candidat du parti démocrate. Les thèmes et politiques annoncés par RFK n’étaient pas juste la continuation du travail de son frère, ils allaient au-delà. Le programme de RFK annonçait une justice raciale et économique, la non-agression en politique étrangère, la décentralisation du pouvoir et une amélioration sociale. Il était particulièrement populaire parmi les Noirs et les communautés amérindiennes et parlait souvent des « marginaux », des démunis et des exclus.

Le 5 juin 1968, juste après avoir gagné les primaires de Californie, qui lui assurait sa place de présidentiable, RFK fut abattu de trois balles par Sirhan Sirhan, un palestinien de 24 ans.

sirhan-sirhan
Photo d’identification de Sirhan Sirhan

Lawrence Teeter, l’avocat de l’assassin, déclara que Sirhan était sous influence hypnotique quand il fit feu en 1968 sur Robert F. Kennedy. Teeter mentionna même que Sirhan était un produit du programme de la CIA MK ULTRA et que des techniques de contrôle de l’esprit furent utilisées pour contrôler Sirhan. L’avocat de Sirhan ajouta plus tard que Sirhan avait été programmé sous hypnose pour faire une diversion à l’assassin réel et que Sirhan serait facilement tenu responsable de l’assassinat parce qu’il est arabe. Selon les documents du procès :

Sirhan  » était le participant involontaire dans les crimes commis parce qu’il était soumis à une programmation sophistiquée d’hypnose et de techniques d’implantation de la mémoire qui le rendaient incapable de contrôler consciemment ses pensées et actes à l’époque où les crimes furent commis. »

Sirhan, aujourd’hui âgé de 67 ans est toujours derrière les barreaux et reste l’un des plus évidents bouc-émissaire MK qui ait été utilisé par l’élite occulte pour accomplir son agenda.

John F. Kennedy Jr.

jfk-jr
Le salut de John F. Kennedy Jr. à son père décédé sur une photo emblématique qui restera éternellement gravée dans l’histoire américaine.

Les américains tombèrent amoureux de John F. Kennedy Jr (connu aussi comme John-John), quand il fut photographié petit garçon en train de jouer sous le bureau de son père. En tant qu’adulte, John-John fut une célébrité accomplie, avec un genre de popularité qui n’était rivalisée que par la famille royale britannique. En très peu de temps il raviva à lui tout seul la Kennedy-mania des années 60.

sexiest-man-alive-88
Pendant les années 80 et 90, John-John fut une célébrité et un sex-symbol américains.

Ambitieux, s’exprimant bien, bel homme et à l’aise avec les projecteurs, John-John fut identifié par beaucoup comme l’homme qui ramènerait les Kennedy à la Maison Blanche. On demanda plusieurs fois en public à Kennedy s’il était intéressé à marcher dans les pas de son père en choisissant la carrière politique, il répondait qu’il refusait pour l’instant, mais qu’il ne l’écartait pas dans l’avenir. En 1999, Kennedy fut considéré comme le favori pour le siège du sénat new-yorkais laissé vacant par Daniel Patrick Moynihan.

Peu de temps après cette percée politique, John-John mourut avec sa femme dans un accident d’avion. De nombreux observateurs affirmèrent que les événements entourant l’accident étaient suspects et que l’affaire était étouffée. Un article du Sunday Herald de février 2001 décrit la « disparition » mystérieuse d’un film de longue durée et de photos de l’accident.(…)

Cette mort tragique, qui stupéfia et traumatisa de nouveau les masses, fit s’envoler les espoirs de présidence d’une deuxième génération Kennedy.

La malédiction Kennedy

Ci-dessous se trouve une liste des principaux événements considérés comme faisant partie de la « malédiction Kennedy ». Bien qu’il soit peu vraisemblable que chacun de ces événements soit le résultat d’une conspiration contre la famille, il est difficile d’ignorer la puissante synchronicité, autrement dit les « importantes coïncidences » en lien avec les Kennedy.

1941— On a souvent attribué à Rosemary Kennedy un problème mental. Certaines sources ont prétendu qu’elle souffrait de maladie mentale, comme la dépression et la schizophrénie. En raison de ses sautes d’humeur violentes et graves qui augmentaient, son père, Joe senior s’est arrangé en secret pour qu’elle subisse une lobotomie. Laquelle a au contraire détérioré ses facultés cognitives et il en a résulté pour Rosemary un internement continu jusqu’à sa mort en 2005.

12 août 1944—Joseph P. Kennedy, Jr. meurt dans l’explosion de son avion au-dessus du Suffolk en Angleterre.

13 mai 1948—Kathleen Cavendish, marquise d’Hartington, décède dans un accident d’avion en France.

23 août 1956—Jacqueline Bouvier Kennedy donne naissance à une fille mort-née, Arabella.(Bien qu’elle soit enterrée au cimetière d’Arlington à côté de ses parents avec une plaque où l’on lit « Fille », ses parents avaient l’intention de la prénommer Arabella)

9 août 1963—Patrick Bouvier Kennedy meurt deux jours après une naissance prématurée.

22 novembre1963—Le président John F. Kennedy est assassiné à Dallas, Texas. Lee Harvey Oswald est accusé du crime, mais est tué par Jack Ruby deux jours plus tard avant le procès. Le FBI et la commission Warren ont conclu officiellement qu’Oswald était un assassin solitaire. Mais un autre comité a conclu que ces enquêtes étaient faussées et que Kennedy a probablement été assassiné suite à une conspiration.

19 juin 1964— Le sénateur Edward M. “Ted” Kennedy est impliqué dans un accident d’avion dans lequel l’un de ses assistants et le pilote trouvent la mort. Il est extrait de l’épave et passe des semaines à l’hôpital pour guérir d’une fracture du dos, d’un poumon transpercé, de côtes cassées et d’hémorragies internes.

5 juin 1968— Le sénateur Robert F. Kennedy est assassiné par Sirhan Bishara Sirhan à Los Angeles à la suite immédiate de sa victoire dans les primaires à la présidentielle de Californie. Sirhan a été reconnu coupable du meurtre et est condamné à la prison à vie.

18 juillet 1969— la voiture de Ted Kennedy fait une chute dans un ravin sur l’île de Chappaquiddick, et sa passagère, Mary Jo Kopechne, y laisse sa vie. Lors de sa déclaration télévisée du 25 juillet, Ted Kennedy dit qu’il s’est demandé la nuit de l’accident si une étrange malédiction n’était pas suspendue au-dessus des Kennedy.

13 août 1973—Joseph P. Kennedy II était le conducteur de la voiture qui a eu un accident et a laissé sa passagère, Pam Kelley, paralysée.

25 avril 1984— David Anthony Kennedy meurt d’une overdose de cocaïne et de Démérol dans sa chambre d’hôtel de Palm Beach en Floride.

31 décembre 1997—Michael LeMoyne Kennedy décède dans un accident de ski à Aspen, Colorado.. Kennedy était soupçonné de viol sur une affaire de baby-sitter âgée de 14 ans.

16 juillet 1999—John F. Kennedy, Jr. meurt quand son avion s’écrase dans l’Atlantique au large de Martha Vineyard en raison d’une erreur de pilotage. Sa femme et sa belle-sœur sont tuées aussi.

– Wikipedia, « La malédiction Kennedy »

En Conclusion

Cette série sur les Kennedy a retracé l’arrivée au pouvoir de la dynastie, son orientation politique, son immense popularité et sa chute violente. Passer en revue la montée et le déclin de cette famille puissante révèle aussi de nombreuses caractéristiques-clé de l’élite occulte, son modus operandi, et l’étendue de son pouvoir. En apprenant la vérité sur les Kennedy, nous pouvons voir comment l’élite occulte utilise des bouc-émissaires et des assassins sous contrôle de l’esprit pour perpétrer des meurtres ; contrôle et influence l’application de la loi, les hommes politiques et les commissions fédérales ; et manipule les médias pour embrouiller les gens. Et nous pouvons voir comment l’élite occulte continue d’opérer dans l’ombre, comme elle le fait depuis des siècles.

Pourquoi l’élite occulte a-t-elle détruit la famille Kennedy ? Étaient-ils des étrangers dans le cercle fermé des lignées de l’élite ? Leur ascension au pouvoir était-elle un accident qui n’était pas supposé se produire ? Les Kennedy se sont-ils retournés contre leurs maîtres en essayant d’apporter leur propre style de gouvernement ?

Quel que soit le cas, le réel antagonisme opposant la famille Kennedy et ceux qui les ont décimé s’est produit à un niveau supérieur. Malgré leurs défauts, il y a eu quelque chose des Kennedy qui a apporté une lumière, un espoir et de la chaleur aux masses. En ce sens, ils représentaient l’exact contraire de l’élite occulte qui crée l’obscurité, le désespoir et la cruauté. C’est pour cette raison que les Kennedy – ainsi que tant d’autres qui ont apporté lumière et espoir aux masses – ont été tués.

Aujourd’hui, tout ce qui reste de la dynastie Kennedy est la flamme éternelle de la pierre tombale de JFK, une source de lumière qui représente en fait la noirceur de ceux au pouvoir.

Source: Vigilant Citizen, le 14 Août 2014, traduction par le Bistro Bar Blog


Publicité

Laissez un commentaire

*