Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Ces Juifs qui choisissent de quitter la France

Ces Juifs qui choisissent de quitter la France

israel

« On dirait l’exode ! » Dans le hall du terminal 2A de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, ce jour-là, une dame blonde ne peut retenir sa surprise face à l’immense file des familles poussant des montagnes de valises. Quelques kippas, un ou deux grands chapeaux noirs laissent peu de doutes sur l’appartenance religieuse des voyageurs. Leurs destinations sont inscrites au marqueur sur les bagages : Jérusalem, Ashdod, Netanya…

C’est l’été, mais l’ambiance n’est pas celle, légère, des vacances. La gravité se lit dans les regards. Devant le comptoir d’enregistrement du vol El Al pour Tel-Aviv, 430 Français de confession juive s’apprêtent à quitter définitivement leur pays.

Jamais ils n’ont été aussi nombreux. Avec 5.000 départs prévus pour 2014, la France représente même, pour la première fois, le plus grand vivier de candidats à l’émigration en Israël, devant la Russie ou les Etats-Unis, où la communauté juive est pourtant dix fois plus importante….

Le nouvel obs, le 30 Juillet 2014

L’immigration fiscale va débarquer en Israël

De nombreux résidents français disposent de comptes défiscalisés en Israël à l’abri du secret bancaire. Mais à partir de 2014, les banques israéliennes contrôleront l’origine des capitaux et les déclareront. Seule solution pour échapper au fisc français, devenir citoyen israélien.

L’alyah est l’acte selon lequel un immigrant décide de s’établir en Israël et d’adopter la nationalité israélienne, dès sa descente d’avion sur la base de la Loi du Retour. Paradoxalement, cette loi s’appuie sur les critères nazis pour définir qui est juif ou qui ne l’est pas. Il faut ainsi avoir au moins un grand parent juif pour en bénéficier.(…)

Baisse de l’immigration française

Ces dernières années, les vagues de départs de France vers Israël ont été irrégulières entre poussées d’actes antisémites et élans de solidarité pour Israël et périodes plus calmes. (…) L’année 2013 s’annonce meilleure. Il faut par ailleurs noter que, selon des statistiques officieuses, 30% de ces immigrés retournent en France après un échec de leur intégration lié entre autre à la difficulté d’un apprentissage approfondi de l’hébreu et plus encore à l’échec sur le marché du travail même si le chômage est sensiblement plus faible qu’en France.(…)

Contre toute attente, l’année 2014 pourrait être un grand cru pour l’Alyah, au moins d’origine française. Il ne sera pas la conséquence d’un réveil brutal du sentiment sioniste parmi les Français mais plutôt une façon de contourner le risque fiscal qui les menacent.

De nombreux résidents français disposent en effet de comptes bancaires en Israël. Israël autorisait et autorise encore aujourd’hui sans limitation la détention d’un compte de statut «étranger», exonéré fiscalement. Il était courant que des valises de billets traversent la Méditerranée pour être déposées dans les banques israéliennes, intéressées à attirer des fonds étrangers totalement défiscalisés. (…)

Mais jusqu’à présent le secret bancaire était scrupuleusement respecté en Israël mettant les détenteurs de comptes occultes à l’abri du fisc français. Mais à partir de l’année 2014 tout va changer avec la loi sur le contrôle des capitaux imposé par les banques en Israël. Israël s’est maintenant plié à la législation internationale. Les valises de billets de banque sont à présent refusées sans justificatif officiel. Les banques sont tenues d’assister les autorités israéliennes dans la détection de capitaux provenant d’activités criminelles ou occultes.(…)

Panique des titulaires de comptes

La panique s’est donc emparée des juifs français titulaires de comptes non déclarés. Mais le génie des fiscalistes n’a pas de limite puisqu’ils ont trouvé une parade légale qui s’appuie sur la Loi du retour. Il suffit que le titulaire du compte prouve son origine juive pour obtenir immédiatement la nationalité israélienne à l’occasion d’un seul voyage. Le principe de la double nationalité est légal en France.

Dans ce cas, le compte change de statut en passant du statut de compte «étranger» à celui de compte de «résident israélien». Les autorités bancaires israéliennes ne sont plus tenues de déclarer au fisc français les comptes de leurs nationaux.[…]

Slate, le 8 Septembre 2013

via Fdesouche

Publié le 31 juillet, 2014 dans France, Immigration, Islam, Judaïsme, La Bourse & L'Economie.

Publicité

Laissez un commentaire

*