Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La génétique est responsable de la maladie de la Schizophrénie

La génétique est responsable de la maladie de la Schizophrénie

schizophrenie

La schizophrénie est une maladie génétique. Une vaste étude dont les conclusions sont publiées ce mardi 22 juillet a permis d’identifier plus d’une centaine de variations génétiques associées au risque de développer une schizophrénie, apportant de nouvelles pistes décisives pour la compréhension des causes de cette maladie complexe et peut-être pour mieux la traiter.

Cette étude génétique a été publiée dans la revue scientifique Nature. Réalisée par un consortium international de généticiens, elle est la plus importante conduite jusque-là dans le domaine psychiatrique, a porté sur plus de 150.000 individus, dont près de 37.000 patients.

128 variations génétiques indépendantes

Les chercheurs ont ainsi identifié, à partir de plus de 80.000 prélèvements, 128 variations génétiques indépendantes, dans 108 régions précises du génome, dont 83 nouvelles, pouvant contribuer à la prédisposition à la maladie.

La plupart de ces variations concernent des gènes impliqués dans la transmission de l’information entre les neurones (« neurotransmission ») et dans des fonctions essentielles à la mémoire et l’apprentissage.

La schizophrénie, qui survient généralement à l’adolescence ou chez le jeune adulte, touche plus 24 millions de personnes dans le monde. Elle se manifeste par des épisodes aigus de psychose, pouvant inclure hallucinations et délires, et divers symptômes chroniques se traduisant par des troubles affectifs et intellectuels. Des traitements sont disponibles mais leur efficacité mérite d’être améliorée, soulignent les chercheurs. Les médicaments actuels traitent en effet les symptômes de la psychose mais ont peu de portée sur l’affaiblissement des capacités cognitives, note le Broad Institute américain dans un communiqué.

Des associations supplémentaires entre des gènes de l’immunité et le risque de schizophrénie, confortent en outre l’hypothèse d’un lien entre une dysfonction du système immunitaire et la maladie.

La plupart des mutations (ou variations) sont courantes.

« Ces nouveaux résultats pourraient stimuler le développement de nouveaux traitements pour la schizophrénie », estime Michael O’Donovan (Université de Cardiff, Grande-Bretagne) auteur principal de cette recherche.

L’étude dite d' »association pangénomique » (GWAS en anglais, pour genome-wide association study) repose sur une vaste exploration du génome de nombreux individus, bien portants et atteints, afin de trouver et localiser sur le génome des variations génétiques associées à une maladie, en particulier avec des mutations génétiques courantes qui prises individuellement ont un effet mineur, mais dont l’accumulation peut jouer un rôle déterminant.

« Cette découverte confirme que la génétique est une cause majeure de la maladie » soulignent deux spécialistes Jonathan Flint et Marcus Munafo (Grande-Bretagne) dans un commentaire dans la revue, en rappelant que le déni des « racines biologiques » de la maladie a souvent prévalu et a même fait l’objet d’un rejet pur et simple par le mouvement antipsychiatrique des années 1970.

Source: Huffington Post, le 22 Juillet 2014

Publié le 22 juillet, 2014 dans Génétique, Psychologie, Santé, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*