Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Un nez lui pousse dans le dos après un traitement aux cellules souches

Un nez lui pousse dans le dos après un traitement aux cellules souches

nez Huit ans après l’injection de cellules issues de son nez dans sa colonne vertébrale, une Américaine a constaté la formation d’une excroissance de 3 cm dans son dos.

C’est un effet secondaire dont elle se serait bien passée. Une Américaine de 28 ans souhaitant garder l’anonymat, a vu un nez lui pousser dans le dos, relate le DailyMail. Elle souffrait de lésions nerveuses au niveau de la colonne vertébrale. Les médecins de l’hôpital Egas Moniz de Lisbonne (Portugal) lui avaient proposé une greffe de tissu nasal dans le dos. Ils espéraient que les cellules souches s’y trouvant se développent en cellules neurales.

Mais plutôt qu’une amélioration de sa condition, la jeune femme a commencé à ressentir de vives douleurs au dos l’année dernière. Huit ans après la transplantation, une excroissance de 3 cm est apparue. Composée essentiellement de tissu nasal, elle présentait également des petits morceaux d’os et des nerfs n’ayant aucun rapport avec la colonne.

Brian Dlouhy, le neurochirurgien de l’université de l’Iowa (USA) qui a retiré le nez dorsal, a précisé que cette protubérance était bénigne, mais sécrétait « une substance abondante et épaisse ressemblant à du mucus », expliquant probablement les douleurs de la patiente.

Jean Peduzzi-Nelson, chercheuse sur les cellules souches à l’université Wayne State de Détroit (USA), avait conseillé cette greffe à la jeune femme. Interrogée par le journal New Scientist, elle s’est dit « attristée d’apprendre la survenue de cet évènement indésirable », précisant que sa probabilité était inférieure à 1%. La patiente avait-elle seulement été informée du risque ?

Source: Medisite, le 10 Juillet 2014

Publié le 11 juillet, 2014 dans Santé, Société & Culture, WTF.

Publicité

Laissez un commentaire

*