Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’éducatrice écrit à un enfant de 9 ans vouloir «4 enfants avec lui»

L’éducatrice écrit à un enfant de 9 ans vouloir «4 enfants avec lui»

Dans la chambre du garçon de 9 ans, il y avait cette pile de lettres sur papier coloré et aux nombreuses fautes d’orthographes. Mais au fil de la lecture, Magali, mère de quatre enfants, et son mari Doryann, découvrent non pas une anodine correspondance mais 23 sulfureuses lettres d’amour… écrites par une femme de 30 ans. Employée communale, elle travaillait dans l’école que fréquentait le petit garçon et a été licenciée suite à l’affaire.

classe

Dans une interview à Sud Ouest, les parents expriment leur colère face au contenu inapproprié des missives : la femme y évoquait notamment ses rendez-vous avec le garçon, les baisers qu’ils avaient échangés et son envie «d’avoir quatre enfants» avec lui.

Une plainte a été déposée. Le petit garçon a été entendu par les gendarmes de Périgueux mais, tétanisé, est resté silencieux. L’employé a reconnu les faits mais n’a pas su les expliquer. Une expertise psychiatrique a écarté toute anomalie mentale. Le vice-procureur a fait un simple rappel à la loi tout en se disant prête à ouvrir une enquête si le garçon venait à étendre son témoignage.

Les parents estiment que cela ne suffit pas. A Sud Ouest, ils expliquent que leur enfant est devenu «exécrable, ingérable et très agressif» depuis plusieurs mois. Ils ont fait appel à un pédopsychiatre qui suit le garçon depuis le début de l’année. L’avocate de la famille, Me Nathalie Landon, pose la question : «Si c’était un homme qui avait eu ce comportement, est-ce que le traitement du dossier aurait été le même ? Je ne pense pas.»

Source

Publié le 2 juillet, 2014 dans Education, Jeunesse, Justice & Forces de l'ordre, Pédophilie.

Publicité

Laissez un commentaire

*