Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Colère contre l’exécutif de Greenpeace qui utilise des Jets pour se déplacer

Colère contre l’exécutif de Greenpeace qui utilise des Jets pour se déplacer

greenpeace

Le directeur de l’organisation environnementale de Greenpeace France, Pascal Husting, lors d’une manifestation afin de demander une inspection civile du centre d’essai de missiles, le 23 Septembre 2006 à Biscarosse dans le sud-ouest de la France. AFP PHOTO JEAN PIERRE Mülller.

L’un des plus hauts dirigeants de Greenpeace voyage par avion pour aller travailler à 400 km de chez lui, a admis le groupe.

Pascal Husting, le directeur du programme de Greenpeace International, a dit qu’il a commencé à « faire la navette entre le Luxembourg et Amsterdam » quand il a pris le poste en 2012 et qu’il fait l’aller-retour deux fois par mois.

Les vols sont payés par Greenpeace, même si elle fait campagne pour en finir avec les voyages aériens, en faisant valoir que la croissance des vols « est en train de ruiner nos chances d’enrayer un dangereux changement climatique ».

Un bénévole a décrit l’accord comme « presque incroyable ».

Chaque aller-retour que M. Husting fait générerait 142 kg d’émissions de dioxyde de carbone, selon la compagnie aérienne KLM – une empreinte carbone équivalente sur deux ans à la consommation de 17 barils de pétrole, selon l’Agence américaine de protection de l’environnement. M. Husting dit que tandis qu’il préférait « ne pas faire » le voyage, il mettrait plus « de 12 heures à faire l’aller-retour en train ».

Source: Independent.ie, le 25 Juin 2014

Publié le 25 juin, 2014 dans Ecologie & Nature, France, Monde, Politique & Loi.

Publicité

Laissez un commentaire

*