Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Irak : Al-Baghdadi le chef d’EIIL menace l’Amérique; « Vous verrez, on se reverra bientôt à New York »

Irak : Al-Baghdadi le chef d’EIIL menace l’Amérique

Le leader des djihadistes qui avancent vers Bagdad ne l’a pas caché : comme Ben Laden le 11 septembre 2001, il veut directement frapper les États-Unis au coeur.

eiil

Ce n’est pas seulement parce que l’avancée des militants islamistes de l’EIIL l’oblige à prendre quelques mesures de précaution que Barack Obama a envoyé en urgence 275 marines protéger l’ambassade des États-Unis à Bagdad. C’est aussi parce qu’il peut craindre, si par malheur les djihadistes poursuivent leur avantage et s’emparent de la capitale irakienne, que la sauvagerie déjà manifestée dans les villes qu’ils ont prises, comme en témoignent les photos d’exécution de masse diffusées par eux-mêmes, ne s’exerce sur les diplomates américains présents. À défaut de pouvoir frapper l’Amérique.

Pour le moment, l’offensive des fanatiques de la charia semble avoir été enrayée par l’appel à la mobilisation du cheikh al-Sistani, le leader religieux charismatique des chiites d’Irak. Plus que par les discours du Premier ministre al-Maliki demandant à l’armée de se ressaisir. Mais les Américains ont été tellement estomaqués par la débandade presque sans résistance d’une armée largement supérieure en nombre et en matériel, qu’ils croyaient avoir formée pour qu’elle résiste à ce genre d’assaut, qu’ils ne veulent prendre aucun risque pour leurs ressortissants.

C’est que les services américains connaissent plutôt bien le nouveau leader des djihadistes qui se fait appeler Abou Bakr al-Baghdadi. Son véritable nom est Ibrahim Ali al-Badri et il a été prisonnier des Américains entre 2004 et 2009 au camp Bucca, en Irak, après avoir été pris lors de combats contre les militants d’al-Qaida. Lorsqu’il a été relâché, dans le cadre des mesures d’apaisement décidées par Obama, un de ceux qui étaient chargés de sa détention, le colonel Kenneth King, se souvient parfaitement qu’il a dit à ceux qui le gardaient : « Vous verrez, on se reverra bientôt à New York. » (…)

La suite sur Le Point

Publié le 18 juin, 2014 dans 11 Septembre 2001, Etats-Unis, Irak, Terrorisme.

Publicité

Laissez un commentaire

*