Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Accusé de viol, son avocate explique que son client était «imprégné par sa culture africaine»

Accusé de viol, son avocate explique que son client était «imprégné par sa culture africaine»

Hamadoun Tandina, un artiste de 71 ans, également producteur et éditeur de CD et de livres de contes maliens, a été condamné ce mercredi soir à 10 ans de prison par la cour d’assises de Seine-et-Marne à Melun. Il était jugé pour avoir violé une de ses voisines à Combs-la-Ville alors qu’elle n’avait que 13 ans.

africain

Les jurés sont allés au-delà des réquisitions de l’avocat général qui avait demandé une peine de 7 ans de prison avec l’obligation de suivre des soins. Durant le procès, l’accusé a expliqué que c’était la collégienne «qui avait tout fait pour le séduire». Son avocate, qui a plaidé l’acquittement, a expliqué que son client était «imprégné par sa culture africaine».

Le Parisien

Face à elle, celui dont l’ADN a certifié qu’il était le père de l’enfant, en costume sombre, la moustache fournie, nie les viols jusqu’à l’absurde, se présentant comme la victime d’une redoutable séductrice. La défense évoque des relations consenties, une jeune fille « formée » et très mûre ? […]

Lui n’hésite pas, à grand renfort de gestes des bras et des mains, à la décrire comme « une femme, les seins gonflés comme une star », qui aurait « menti sur son âge ». Elle « m’a manipulé, profitait que ma femme ne soit pas là, elle me suivait, elle n’attendait que ça », a avancé Hamadoun Antanaga, père de dix enfants de trois épouses successives, en sus de celui né des viols, sans pouvoir expliquer pourquoi il n’avait pas mis fin de lui-même à la relation. « On n’est pas dans un conte là, monsieur, on est dans la réalité », le coupe, agacée, la présidente de la cour d’assises Catherine Katz. […]

Le Figaro


Publicité

Laissez un commentaire

*