Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le prophète, l’urine des chameaux et le virus d’Arabie

Le prophète, l’urine des chameaux et le virus d’Arabie

chameau-urine

Depuis que Mahomet a révélé les vertus de l’urine de chameaux, des religieux n’ont cessé de les recommander et des scientifiques musulmans de les confirmer. Jusqu’au jour où le chameau a (aussi) transmis aux croyants un mortel virus.

L’histoire commence il y a 1400 ans, elle est racontée par Bukhari dans le recueil de hadiths sahih (authentique) le plus respecté de l’islam, deuxième base légale de cette religion juste après le Coran. Muslim, autre spécialiste des hadiths, fait le même récit.

Des étrangers arrivent à Médine et tombent malades. Le prophète leur ordonne de boire le lait de chamelle pour se nourrir et de l’urine pour guérir. Ils retrouvent une santé de fer, mais les ingrats tuent le berger et emmènent les animaux.

Les enfants non-musulmans de moins de 10 ans sont priés de sauter les cinq lignes qui suivent. Pour les petits Mahométans, la limite d’âge est inconnue.

Le prophète fait capturer les voleurs, ordonne de leur couper les mains et les pieds et de les rendre aveugles avec des brandons de fer brûlants. Les bourreaux leur refusent même l’eau qu’ils supplient de leur donner.

Curieusement, cette partie du récit est peu rappelée dans les textes et recherches musulmans qui paraissent aujourd’hui sur le sujet.

Quatre dollars le litre !

Revenons à notre urine. Le Prophète devant en tout être imité, des foules de croyants se sont soignés avec ce breuvage depuis des siècles. Comme de nombreuses et stupéfiantes révélations scientifiques du Coran, celle de ce hadith est, disent d’éminents savants islamiques, prouvée par les recherches actuelles. Le lait soigne de nombreux maux : hépatite, atteintes du système digestif, cancers, etc. Quant à l’urine, elle est efficace pour les muscles, les teignes, les abcès, les ulcères. Les recherches en cours ne cessent de lui découvrir de nouvelles vertus.

On a aussi constaté ce dernier siècle que la lotion camélidée embellit les cheveux et favorise leur repousse. Le commerce est florissant au Yémen, et à 4 dollars le litre, il se révèle très lucratif.

Dans la sphère arabo-musulmane, la recette ne fait tout de même pas l’unanimité. Un scientifique l’affirme : l’urine est toxique, et absorbée comme remède à certaines maladies devient dangereuse, voire mortelle. Certains confères partagent cet avis, mais se sentent tenus de défendre une position islamo-compatible : le hadith relatif à l’urine serait « faible » (quel vilain mensonge) et le prophète ne pourrait pas avoir ordonné de telles barbaries contre les assassins du berger. Les hadiths en contiennent pourtant bien d’autres, de barbaries, à commencer par le récit des lapidations ordonnées par ledit prophète.

Mais où s’arrêter si on autorise les musulmans à ne pas suivre aveuglément les préconisations du Beau Modèle?

Jusqu’en ce début de 21ème siècle donc, les découvertes prophétiques de l’urine de chameau battent leur plein dans la péninsule et dans quelques autres pays islamo-scientifiques. Des médecins saoudiens tel Al Youssef constatent même, grâce à de malheureuses souris, que des cancers battent en retraite sous l’effet du divin liquide. Mais curieusement, les autorités de là et d’ailleurs ne donnent pas leur feu vert aux expériences sur les humains. Au temps de la mondialisation, intoxiquer le cerveau des croyants est moins périlleux qu’intoxiquer leur organisme.

Et le virus parut

C’est début 2012 qu’un cataclysme s’annonce. Un nouveau virus, souvent mortel, se manifeste au cœur de l’Arabie saoudite. L’infection reçoit l’appellation de Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient(petit nom :MERS-CoV). Son issue est souvent fatale. Quelque 400 personnes l’ont attrapé chez les Saoud, dont 109 en sont mortes. Les mois de mars et d’avril sont particulièrement favorables à l’extension de l’épidémie, ce qui se produit cette année encore. Les nouveaux cas se sont même multipliés ces derniers jours dans le Royaume. L’inquiétude grandit.

Une douzaine de pays sont touchés, ceux d’Arabie d’abord, mais aussi d’Occident (pour ce dernier un ou deux patients par pays, qui ont généralement passé par l’Arabie saoudite). La transmission se produit aussi entre humains, en particulier dans les lieux de soin, mais avec une virulence plus faible qu’entre la source, animale selon toutes probabilités, et l’homme.

Les symptômes de l’infection ? Rhume fièvre, toux et, sous leur forme la plus grave, insuffisance rénale et pneumonie aiguës. La source de l’épidémie est activement recherchée. Les études foisonnent, l’OMS s’affole. Elle n’ose sonner le tocsin comme lors du SRAS, frère du MERS, car les risques ne sont pas clairs. Tous les hôpitaux du monde sont néanmoins priés de mettre en place les moyens de diagnostic et de traitement nécessaires.

En mai 2014, l’hypothèse à vrai dire assez vite suggérée, se précise : le chameau est selon toute probabilité la source première du virus. Les autorités françaises déconseillent très fortement «de consommer de la viande de chameau ou du lait de chamelle». La possibilité – ou non – de boire leur urine n’est pas mentionnée. Le 3 mai 2014, dans un communiqué, l’OMS déconseille aux voyageurs de se rendre en Arabie Saoudite.

Sombre avenir ?

Quand le mode de transmission ne fera plus de doute, des mesures préventives destinées à rompre la transmission entre la source animale et humaine devront être prises. Et là, il faudra peut-être choisir entre les chameaux du prophète et les dollars des pèlerins. En 2013, l’Arabie saoudite avait déjà, sans grand succès, déconseillé le pèlerinage, foyer potentiel immense de contamination. Cette année, le mois de Ramadan (juillet) et le pèlerinage (octobre) pourraient être vraiment compromis.

Pour l’heure, l’OMS déconseille aux personnes à risque (diabète, problèmes pulmonaires, rénaux, immunitaires) d’avoir des contacts avec les chameaux et leur demande d’éviter une nourriture qui pourrait avoir été contaminée par des sécrétions ou des produits de l’animal.

Mais avis aux amateurs, l’urine reste en vente libre.

Les savants nous disent…

Pour obtenir des infos générales sur la question, voir wikiislam, l’encyclopédie qui prouve que l’islam possède un savoir très spécifique sur le monde.

Zaghloul E-Naggar a fait l’éloge de l’urine de chameau comme remède pour les maladies incurables en octobre 2012 sur la chaîne égyptienne RTRS. C’est une figure des Frères musulmans, historique et extrémiste (pardon pour le pléonasme). Il est à la tête du « comité égyptien des notions scientifiques du Coran ». Il a affirmé qu’un centre spécialisé dans les traitements à l’urine de chameau est implanté à Marsa Matrouh. Les appels téléphoniques de croyants et de spécialistes en colère ont afflué au standard de la chaîne.

La doctoresse Faten Khoshedd est une autre sommité médicale du royaume wahhabite. Elle a fait l’extraordinaire découverte des vertus de l’urine de chameau dans le traitement des cancers, qui s’explique par sa singulière composition moléculaire. Elle a déposé un brevet dans divers pays, mais aucun ne l’aurait encore agréé. Des volontaires se prêtent au traitement.

Pour elle, qui ne cesse de faire référence à la géniale trouvaille du prophète, tous les espoirs sont permis : l’urine de chameau contribuera à soigner aussi le sida, l’hépatite, des maladies du foie, etc.

Elle participe à l’élaboration de capsules d’urine séchée qu’elle voudrait voire introduites dans les supermarchés.

Un autre médecin saoudien, le DrAhlaam, affirme que le nouveau produit permet de traiter de nombreuses maladies de la peau. Et une fatwa récente est censée ôter tout doute sur les bienfaits du pipi aux fidèles d’Allah.

Toutes ces révélations scientifiques se sont développées alors que le virus est, selon une étude américaine, extraordinairement commun chez les chameaux depuis au moins une vingtaine d’années.

Le remède n’a pas soigné, le virus a tué. Qu’en déduire question dogme ?

Source: Les Observateurs

Publié le 15 mai, 2014 dans Arabie Saoudite, Islam, Santé.

Publicité

Commentaires (1)

 

  1. don dit :

    A la bonne votre, Messieurs-Dames! Cul-sec droit dans le gosier! 🙂

    Quel fin gourmet ce Mahomet!

Laissez un commentaire

*