Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Taubira revendique de ne pas participer «au karaoké d’estrade» qu’est la Marseillaise

Taubira revendique de ne pas participer «au karaoké d’estrade» qu’est la Marseillaise

taubibi

LE SCAN – Un élu UMP a créé la polémique samedi en accusant la ministre de la Justice de pas vouloir chanter l’hymne national lors des cérémonies de commémoration de l’abolition de l’esclavage. Christiane Taubira s’en explique sur son compte Facebook.

Christiane Taubira préférait écouter pour se recueillir que chanter faux avec les autres. Présente samedi 10 mai à Paris lors des cérémonies en hommage au général Thomas Alexandre Dumas, figure des combats pour l’abolition de l’esclavage, la ministre a été accusée par la droite parisienne de ne pas connaître les paroles de la Marseillaise. Au terme des cérémonies de commémoration de l’aboliton de l’esclavage, en présence du Président de la République et du premier ministre, elle n’aurait pas repris le chant de Rouget de Lisle avec la foule. (…)

Dans une longue explication publiée dimanche sur son compte Facebook, Christiane Taubira révèle qu’elle n’a pas chanté non plus lors de la cérémonie au jardin du Luxembourg. Selon les informations du Lab, Geoffroy Boulard explique que la ministre aurait prétexté ne pas connaître les paroles. En effet, sommée de s’expliquer sur son silence par l’élu UMP, elle aurait avoué: «Je ne chante pas parce que je ne connais pas les paroles en entier». Une information démentie par le cabinet de la ministre.

La garde des Sceaux avance une autre explication dans sa tribune, intitulée «Halte au Rapt»: «En fin de réunion publique, emportés par une ferveur désordonnée, nous entamons la Marseillaise, chacun y va de son lot de dissonances et le chant le plus maltraité de France retentit, revigoré par ces centaines, ces milliers de voix qui disent, plus encore que le souvenir enflammé des grandes heures du passé, l’exaltation du moment vécu ensemble là, conjurant les difficultés, l’inquiétude, la peur, criant confiance en l’avenir. J’y vais alors gaillardement de ma part de fausses notes. Sinon, j’écoute. Le timbre, la tonalité, la première note et là où elle mènera le chant.»

Taubira denonce «des pratiques de miliciens»

La ministre de la Justice explique qu’à plusieurs reprises dans les moments forts de sa carrière politique, elle a préféré écouter les chanteurs chantant juste l’hymne national: «Quand, à la note exacte, au-dessus de l’orchestre, la voix de la soliste se détache… j’écoute (…) Quand, dans le premier silence de l’orchestre, monte la voix, masculine cette fois, bravant le crachin, j’écoute (…) Déjà, pour le bicentenaire de la Révolution, lorsque, sur la place de la Concorde (…) s’élève la voix sublime et fougueuse de la soprano Jessye Norman entonnant le sixième couplet (…) j’écoute».

Accusée de manquement patriotique, Christiane Taubira revient longuement sur l’émotion que lui a souvent procuré l’écoute de la Marseillaise. Avant de répondre de manière cinglante à ses détracteurs: «Halte donc au rapt! Sur l’hymne, le drapeau, la Nation, la République. Halte au hold-up sur l’Histoire par celles-là et ceux-là qui se vautrent dans leur confort de classe, prêchent l’exclusion et le repli, et qui, par ces intimidations et ces traques, affichent des pratiques de miliciens».

Mais loin de calmer la polémique, une phrase fait redoubler de colère des militants et élus de droite: «Certaines circonstances appellent davantage au recueillement qu’au karaoké d’estrade.»

Source : Le Figaro, le 11 Mai 2014


Publicité

Laissez un commentaire

*