Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Russie : La théorie du complot néo-nazi ukrainien gagne du terrain

Russie : La théorie du complot néo-nazi ukrainien gagne du terrain

neo-nazi-ukraine

La conviction que l’Ukraine a été victime d’un coup d’Etat pour le compte de fascistes est largement partagée en Russie.

Si Vladimir Poutine décidait d’envahir l’Ukraine, son opinion publique ne soulèverait sans doute aucune objection dans un premier temps. Car, selon le « récit » en vigueur actuellement en Russie, le changement de régime à Kiev est le fruit d’un complot fasciste voire néonazi.

De quoi galvaniser des Russes convaincus que l’URSS a vaincu presque toute seule l’Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale baptisée « Grande Guerre patriotique de 1940-1945 » (en oubliant le pacte Molotov-Ribbentrop permettant un dépeçage en commun de la Pologne en 1939), ce qui confère à la Russie le statut de rempart historique contre le fascisme.

« Pour nous, il est inadmissible de voir aujourd’hui des néonazis au pouvoir à Kiev, soutenus par Washington », résumait hier Veronika Krasheninnikova, du centre international de journalisme de Moscou, lors d’un colloque organisé à Paris par l’Institut français des relations internationales (Ifri). Vladimir Lepyokhin, directeur de l’Institut de l’économie eurasiatique, n’a pas hésité à souligner, pour sa part, que les Occidentaux avaient « cherché à renforcer le IIIe Reich en 1939 pour affaiblir l’URSS », avant d’affirmer que les nationalistes ukrainiens, animateurs d’une guérilla jusqu’en 1955, avaient « d’incontestables racines nazies ».

Selon d’autres intervenants russes, la Garde nationale constituée actuellement en Ukraine à partir des combattants de Maïdan, s’apparente à un escadron de la mort chargé d’éliminer les opposants. Washington vient aussi selon eux de réactiver un plan de destruction financière de la Russie datant de l’ère Reagan, avec le gaz de schiste en renfort. Et l’accord d’association proposé par l’Union européenne prévoit aussi l’intégration de l’Ukraine à l’Otan… (…)

Les Echos, le 29 Avril 2014


Publicité

Laissez un commentaire

*