Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Les souris de laboratoires ont peur des hommes : « ça ne remet pas en cause nos recherches »

Les souris de laboratoires ont peur des hommes : « ça ne remet pas en cause nos recherches »

L’odeur masculine stresserait les souris de laboratoire, selon une étude publiée dans « Nature ». Ces révélations surprenantes peuvent-elles remettre en cause l’ensemble des travaux réalisés par des chercheurs hommes ? Pas pour Georges Chapouthier, directeur de recherche émérite au CNRS, qui a travaillé pendant 20 ans sur l’anxiété à partir de rongeurs, et co-auteur de « Le chercheur et la souris ».

souris-de-labo

Les rongeurs ont une importance considérable dans le monde scientifique : 90% des recherches en biologie animale sont faites sur des rats et des souris. Ces animaux, à dominante olfactive, sont très sensibles aux odeurs. Ils les saisissent et les interprètent beaucoup plus facilement que nous, humains.

Pour les rongeurs, le mâle isolé représente un danger

Dans l’étude publiée par « Nature Methods », on a fait respirer des odeurs de mâles et de femelles, d’êtres humains mais aussi d’autres congénères, à des rongeurs. Il apparaît que les souris exposées à une odeur masculine ont manifesté un plus grand stress, repérable par des mesures du comportement, des variations d’hormones et la température corporelle des animaux. Ces souris étaient plus stressées, mais également moins sensibles à la douleur, ce qui me paraît tout à fait plausible.

Pourquoi ? Si l’on étend cette étude à la science et que l’on en fait une interprétation éthologique, il faut rappeler que les souris et les rats sont des animaux territoriaux. Pour eux, le mâle isolé représente souvent un danger, qui va donc les stresser. Les rongeurs ont par ailleurs appris à dominer la douleur lorsqu’ils estiment qu’ils doivent se battre contre un mâle envahisseur.

Il faudrait néanmoins savoir s’il s’agit ici d’une véritable disparition spécifique de douleur ou d’une simple distraction de l’attention. Personnellement, je pencherais davantage pour la deuxième option. Lorsque l’on focalise l’attention sur quelque chose, on gomme l’impression de douleur car on est distrait.

Pour que ces résultats aient réellement un sens, il faudrait pouvoir les vérifier en les recoupant avec d’autres expériences. Nous pourrions par exemple imaginer de comparer les réactions de rongeurs face à des mâles isolés avec leurs réactions face à des mâles groupés. Cette étude est donc très intéressante, mais attendons qu’elle soit confirmée. (…)

Suite de l’article sur Le Nouvel Obs, le 29 Avril 2014

Publié le 30 avril, 2014 dans Animaux, Science.

Publicité

Laissez un commentaire

*